weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Comment rivaliser avec PokerStars

THE WEEKLY SHUFFLE, 2013-08-25, par TwoGun

La semaine dernière, nous avons discuté des raisons derrière la domination de PokerStars dans la sphère du poker en ligne. Le bon sens voudrait que cette domination, considérant son étendue, est maintenant installée pour toujours et que PokerStars restera maintenant le leader incontesté. Et dans ce cas, autant dire que le bon sens a probablement tapé dans le mille ! Néanmoins, Party Poker semblait lui aussi être un leader invincible en son temps...et est maintenant relégué à la cinquième place en terme de liquidités, selon PokerScout.com.

Top 3 Online Poker Bonuses


Je ne m'attends pas à ce que PokerStars subisse le même sort que Party, mais PokerStars pourrait quand même rencontrer des problèmes à l'avenir si certains facteurs venaient à se concrétiser. Voyons on peu comment cela pourrait se produire :

Full Tilt Poker

Tout d'abord, il faut bien réaliser que la chance de voir un site venir rivaliser avec PokerStars a été réduite à néant lors du rachat de Full Tilt Poker à bas prix. Les autres sites espéraient sûrement voir Full Tilt plonger dans les profondeurs tout en récupérant leur base de joueurs comme autant de naufragés à l'eau. Ils ont eu tort.

Heureusement pour la trésorerie de beaucoup de joueurs de poker, PokerStars s'est érigé en chevalier blanc et a racheté Full Tilt pour une bouchée de pain, remboursant au passage une partie des joueurs. Les joueurs non américains ont reçu leur argent il y a déjà un moment de cela, et il semble que même les joueurs US seraient sur le point de revoir leurs fonds disparus.

Non seulement PokerStars a, en rachetant le deuxième plus gros site de poker, érigé une grande muraille autour de son donjon, mais ils se sont aussi construit une image de marque en se posant comme le sauveur de bon nombre de joueurs de poker. Si Party Poker avait agi ainsi (et ils disposaient très probablement des fonds nécessaires, depuis leur fusion avec Bwin), la salle aurait pu se donner une chance de rivaliser avec PokerStars. Au lieu de cela, ils ont laissé s'échapper une bonne opportunité et ont permis à PokerStars de prouver, une fois de plus, sa domination sur le marché.

Recouvrements ciblés et tournois garantis

Une manière d'attirer et de retenir des joueurs qui a fait ses preuves dans le marché des jeux fantaisie aux USA est d'organiser un méga événement à grand renfort de publicité. Cette méthode a permis de catapulter Draftkings au rand de deuxième plus gros site juste après son lancement, il y a à peine un an.

Par exemple, si un site de poker faisait de la pub pour un tournoi à 1 million de dollars (comme l'est le Sunday Million de PokerStars), il pourrait attirer l'attention. Et si ce site voyait encore plus grand avec un site à 2 ou 5 millions de dollars, l'impact serait encore plus fort. Un tel tournoi provoquerait à coup sûr un recouvrement, ce qui veut dire que le site devrait lui-même déboursait de l'argent en plus des buy-ins pour atteindre la garantie. Les joueurs auraient donc ainsi beaucoup plus de valeur à tirer du tournoi.

En bref, si l'une de ces entreprises (et n'oubliez pas, ce sont des sites cotés en bourse qui ont beaucoup de liquidités à disposition) décidait d'utiliser leur trésor de guerre pour financer un gros tournoi, disons à hauteur de 5 millions de dollars, en lançant une campagne marketing de grande envergure sur la forte probabilité d'avoir recours à un recouvrement, on pourrait assister à un revirement dans le monde du poker. Les gens auraient enfin une raison de ne plus associer les tournois à PokerStars et le site qui réussirait ce coup marketing marquerait beaucoup de points. Ce serait un coup de dés, c'est certain, car rien ne dit que les joueurs viendront, encore moins qu'ils resteront, mais si vous ajoutez quelques unes des autres idées que je développe ci-dessous, ça pourrait marcher.

Devenir un paradis pour les fishs

L'un des points noirs que nous n'avons de cesse de critiquer sur les différentes salles de poker, c'est le peu d'effort qu'ils font pour protéger les joueurs occasionnels de se faire bouffer tout cru. Le n?ud du problème remonte à l'époque où les salles de poker sont devenues des sociétés cotées en bourse. La nécessité d'augmenter rapidement les revenus, pour générer des dividendes, les a poussés à laisser les sharks jouer dans un nombre illimité de parties, sans faire l'effort de limiter le ratio shark/fish.

Sur le long terme, maintenir la facilité des jeux permet à une salle de poker de croître. La salle de poker de Bovada en est la preuve vivante. Même si elle accepte les joueurs de poker US (et du coup, nous vous la déconseillons fortement), je ne peux m'empêcher de respecter l'accent que cette salle met sur la protection de ses parties. Elle a pris des mesures dans plus sens, dont l'anonymat dans les parties en cash (les logiciels de suivi des joueurs ne fonctionnent pas). Ces deux dernières années, cette salle est devenue le premier site de poker US, maintenant juste derrière 888 Poker et consorts en termes de liquidités de joueurs.

Si vous associez un méga tournoi au recouvrement quasi garanti à une réelle et véritable politique de maintien de la facilité des jeux, un site pourrait bien se positionner et commencer une bonne croissance. Non seulement il s'attirerait un grand nombre de joueurs grâce à son méga tournoi, mais en plus il pourrait les garder en leur proposant des parties simples. D'autres techniques serait de :

- limiter les joueurs à 3 tables de cash game (encore mieux, seulement 2)
- maintenir les parties de cash games anonymes, afin que les notes/logiciels perdent toute utilité
- orienter le système de récompenses sur les joueurs individuels, et donner plus de récompenses aux joueurs perdants (ce que certains sites sont déjà en train de faire).

La légalisation du poker aux USA

Hormis le Nevada et le New Jersey, le poker en ligne mettra du temps avant de devenir légal aux USA. Cependant, de plus en plus d'états légalisant le poker en ligne, comme par exemple la Californie, plus le marché du poker en ligne sera remis en cause. Il est très probable que PokerStars soit privé de marché US pendant encore un bon moment, donc si un site est à même de s'attirer les joueurs américains et une partie des joueurs internationaux (là encore, c'est plus facile à dire qu'à faire), il pourrait bien se retrouver en mesure de rivaliser avec PokerStars.

Ce scénario implique que beaucoup de facteurs s'imbriquent parfaitement : le poker doit s'étendre aux USA dans un futur proche, les salles de poker doivent pouvoir s'accaparer le trafic US sans négliger le trafic international et un site de poker devra s'élever suffisamment haut dans ce nouveau marché pour défier PokerStars, d'une manière ou d'une autre.

Conclusion

Est-ce que je crois que PokerStars restera le site de poker dominant pendant les 5 à 10 ans à venir : OUI. Sans aucun doute. Mais il n'est pas impossible qu'un autre site vienne le défier. Je ne pense pas que les sites existants ont ce qu'il faut pour tenter leur chance, et je ne suis pas convaincu que même s'il le faisait, ils aient réellement les moyens de réussir. Cependant, avec notre recette d'un méga tournoi au recouvrement certain, soutenu par une campagne de publicité agressive et l'instauration d'une écologie propice aux fishs, ainsi que d'une pointe de chance sur la situation aux USA, tout est possible !

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up