weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



État d'esprit d'un vétéran des WSOP

THE WEEKLY SHUFFLE, 2013-05-26, par Ozone

Je vais me rendre une nouvelle fois aux World Series of Poker d'ici quelques jours. Ce sera ma huitième année consécutive de participation. En 2005, j'étais encore une gamin aux yeux écarquillés par les lumières de Vegas. J'étais simplement heureux d'être là, dans la même pièce que tant de mes héros. Avec les années, j'ai même vu mon rêve d'aller loin dans les tournois WSOP se concrétisaient à deux occasions. Si vous avez la chance de ressentir ce frisson qui monte lorsque vous avancez dans les derniers niveaux d'un tournoi des WSOP, je vous dis que vous allez l'adorer.

Top 3 Online Poker Bonuses


Dix ans après qu'un comptable du Tennessee ait enflammé ma passion pour le poker et les WSOP, le jeu a beaucoup changé, et moi aussi au passage. Je suis maintenant un dinosaure du poker. Vingt-huit années de poker, c'est 45 ans dans la vrai vie. Particulièrement pou un Américain incapable d'accéder au meilleur outil pour maintenir son niveau de compétitivité au poker, à savoir : PokerStars.

Le poker a toujours été un jeu pour les jeunes. Maintenant c'est un jeu pour les jeunes non américains.

Prendre de l'âge a au moins un avantage, on devient plus réaliste. Je suis conscient que l'avantage relatif que j'avais dans les WSOP 2008, où finir dans les 200 derniers en faisant grandir mon tapis pas à pas sans jamais avoir à faire face à un all-in jusqu'à ce que cette main arrive, est désormais beaucoup moins probable.

Quand en 2011 j'ai fait encore mieux que cette performance de 2008, ce fut largement grâce à la chance : j'avais seulement 2 % de chance de survivre tous les all-ins auxquels j'ai fait face avant le Jour 7. Et le jeu sera encore plus dur cette année qu'en 2011.

Un peu plus âgé et sage, une meilleure capacité à équilibrer mon style de vie pendant les WSOP en tant qu'adulte, seront mes armes face au tableau de cette année. Aller dormir tôt ne vaut pas une bonne compréhension du jeu. Je fais ce que je peux pour compenser ce fait en initiant des discussions stratégiques avec certains des meilleurs jeunes talents du poker du monde entier que j'ai eu la chance de rencontrer au fil des ans.

Je suis fier d'avoir été le témoin de la croissance de certains de ces joueurs, qui ont travaillé pour atteindre un niveau de réussite qui dépasse de loin mes propres capacités de jeu. Mon ami Oliver Gill s'est montré tenace dans son approche de la vie en tant que joueur pro de tournois ; depuis sa maison en Australie, les conseils qu'il m'a donné via Skype m'ont permis de dépoussiérer ma stratégie de joueur de poker américain et de me préparer pour une semaine de jeu à Vegas. Je suis très chanceux de connaître des gars comme Oliver qui ont bossé pour se créer un énorme avantage à la table et attendent patiemment un moment de gloire qui tarde à venir.

Un autre de ces joueurs est Kevin Schulz, dont l'approche intense est une leçon sur l'importance de se concentrer à la table. Personne ne devrait souhaiter voir un jour Kevin à sa table. Sa recette magique ? Il est concentré. Je suis l'exemple de Kevin cette année en ne consultant plus mon smartphone pendant les pauses. En 2013, cela permet d'avoir un bon avantage et cela ne requiert qu'un peu de discipline.

Mon engagement à garder mon esprit affûté est peut-être mon seul avantage cette année. Les autres, ils savent jouer. Mais il faut bien que quelqu'un finisse par gagner, et je veux mettre toutes les chances de mon côté. Lorsque je ne serais pas en train de jouer un tournoi, j'irais à la salle de sport ou dans ma chambre d'hôtel pour travailler sur mon site de sports fantaisie qui a rempli le vide laissé par le Black Friday dans ma vie.

C'est la vie d'un vieux du poker. Ce n'est pas si mal. Tant qu'il vous reste un jeton et un siège.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up