weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Black Friday : deux ans après

THE WEEKLY SHUFFLE, 2013-04-14, par Ozone

Cela fait maintenant deux ans depuis la fermeture du plus grand marché de poker en ligne au monde par son propre gouvernement. Le monde reste atterré de voir de nombreux joueurs américains toujours privés de leur argent, bloqué dans les tréfonds de l'affaire Full Tilt ou, encore pire, avalés dans le néant d'UB ou d'Absolute Poker, ainsi que par les autres qui ont été forcé de déménager pour pouvoir continuer leur carrière.

Top 3 Online Poker Bonuses


Pour les autres, la chute en disgrâce à la suite du Black Friday fut trop dure à supporter. Ray Bitar, ancien PDG de Full Tilt Poker, a conclu un accord avec les procureurs américains lui évitant une peine de prison pour les deux accusations criminelles à son encontre. Mais son destin s'est avéré bien pire. Les docteurs ont récemment diagnostiqué à Bitar une maladie cardiaque lui donnant seulement 50 % de chance de survivre dans les 6 à 12 mois à venir s'il ne reçoit pas une transplantation cardiaque. Bitar a des problèmes pire que la prison.

En fait, les hommes derrière la chute de Full Tilt Poker n'auront pas passé un seul jour en prison pour leur crime. Les États-Unis ont démontré qu'ils étaient plus intéressés par la chute de l'industrie du poker en ligne que par les personnes responsables de la dissémination de cette industrie. Aucune justice n'a été rendue contre les responsables incompétents qui ont semé le chaos dans une industrie fragile. Ils n'ont reçu qu'une petite tape sur le poignet : la saisie d'une petite partie de leur patrimoine et une interdiction permanente de travailler dans l'industrie du jeu d'argent. C'est un coquard pour le poker. Ceux qui ont pris la vague de plein fouet sont les joueurs eux-mêmes.

Les anciens clients américains de Full Tilt Poker n'ont toujours pas récupéré leur argent, et n'ont pas non plus été tenus informés de l'avancement de l'affaire. Encore une fois, les joueurs sont le cadet des soucis des décisionnaires et autres instances, (sauf vous, PokerStars) depuis le Black Friday. Vous auriez pu faire une croix sur votre argent sur Full Tilt, en fait personne n'en aurait rien eu à branler.

La lente et longue remontée du Poker depuis le Black Friday doit son avancée aux États comme le Nevada et le New Jersey qui ont osé poser la question de l'interprétation de la loi américaine afin de créer leurs propres cadres légaux pour le poker en ligne. Le jeu est là pour durer. Les législatures compétentes doivent réaliser cette réalité. Quand suffisamment d'états auront légalisés le jeu, les États-Unis seront forcés de prendre acte. Soit en déclarant la guerre aux états profitant de l'industrie, soit en montant dans le train et en réglementant le poker. Il faudra peut-être attendre 10 ans, mais c'est la deuxième option qui sera la bonne. Les États-Unis sont une entreprise, après tout. Et les Américains veulent du poker. L'autorité morale est sur le point d'être boutée hors des États-Unis. Les réserves de capital politique du Parti Républicain sont trop faibles pour continuer la chasse aux sorcières contre les activités modérées. Les gens se soucient de moins en moins de ce que font les autres dans le secret de leur maison. Le cannabis a été légalisé dans certain états. La tendance en faveur des droits des homosexuels rappelle le mouvement pour les droits civils. Le poker aura lui aussi sa rédemption, un jour.

Le poker en ligne ne sera peut-être plus jamais comme avant, mais le jeu n'est pas mort. Gardez espoir que le poker en ligne finisse par aller si bien que le Black Friday ait l'air d'avoir été un souvenir lointain et insignifiant.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up