weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



La ruée vers l'or du poker en Chine

THE WEEKLY SHUFFLE, 2012-09-02, par Ozone

Depuis que Chris Moneymaker a remporté les World Series of Poker il y a de ça presque dix ans, déclenchant le « boom du poker » aux USA, les observateurs se demandaient où aurait lieu le prochain grand boom du poker. Il semble maintenant qu'on ait la réponse. Mais seul l'élite du poker peut pour l'instant profiter de cet influx de cash dans l'économie du poker. 

Top 3 Online Poker Bonuses


Le phénomène du poker Tom Dwan, généralement un régular de Las Vegas, n'est apparu que très brièvement cette année pour s'inscrire dans le $1,000,000 buy-in Big One for One Drop. Comme il l'a expliqué dans une interview donnée à QuadJacks, il avait mieux à faire. Le joueur connu sous le pseudo 'durrrr' vient juste de passer plusieurs mois à Macao, dans les plus grandes parties en cash game du monde. Certaines rumeurs existaient cette année aux WSOP sur le fait que Dwan aurait gagné presque 50 millions de $ pendant son séjour à Macao.

Si cela semble très dur à croire, sachez que les revenus du jeu d'argent de Macao étaient cinq fois supérieurs à ceux de la Strip de Las Vegas l'an dernier. Il y a beaucoup d'argent en circulation à Macao. Mais contrairement au boom de Moneymaker d'il y a 10 ans, ce boom du poker ne semble pas influencer directement plus d'une poignée des plus riches joueurs du jeu. 

Un paradis des High-Rollers

L'économie chinoise n'est pas seulement constituée de familles de classes moyennes voyageant à Macao pour que papa claque toute les économies du petit à la table de baccarat. Macao n'est pas comme Las Vegas de ce point de vue. Si vous êtes à Macao, c'est que vous avez beaucoup d'argent et vous faites probablement partie des 1% les plus riches du pays. 

Ce que Dwan et beaucoup d'autres pros des high-stakes ont réalisé, c'est que les hommes d'affaires chinois aiment jouer. Et si vous croyez les rumeurs venant de Macao, ils sont particulièrement peu doués pour le poker. C'est une des raisons qui a amené Dwan a passé plusieurs mois de sa vie là-bas, au point où il en a dit à QuadJacks qu'il n'était plus tout à fait sûr de s'amuser à être aussi loin de chez lui pendant si longtemps. 

Récemment, Dwan a eu de la visite à Macao. Un tournoi Super High-Roller Macao au buy-in de HK$2,000,000 ($257,000) a attiré 73 joueurs, parmi lesquels 21 ont payé un rebuy optionnel. La prize pool qui a en résulté comptait 23,5 millions de dollars, plus de la moitié de la taille de la prize pool du Big One for One Drop. 

Voici les noms de cinq des six premiers du tournoi. Comptez combien d'entre eux vous connaissez : Stanley Choi, Zhu Guan Fa, Nicholas Wong, Tang Zheng, et Lap Key Chen. Aussi, à la table finale se trouvaient les mecs qu'on voit toujours : Sam Trickett, Phil Ivey et John Juanda. Plusieurs autres noms connus du poker étaient aussi de la partie, parmi beaucoup de Chinois inconnu du monde du poker.

Stanley Choi a remporté $6,4 millions, le 10e plus grand prix de l'histoire du poker pour un tournoi dont personne ne connaissait l'existence, hormis les plus riches du monde du poker. 

Economie de ceux qui ont et de ceux qui n'ont pas

Le boom du poker de Macau est l'une de ces histoires où les « riches s'enrichissent encore ». Comme seuls les riches jouent en Chine, ils jouent aux high-stakes pour qu'il y ait de l'enjeu, et donc tous les autres joueurs sont relégués sur le rail à regarder les grands ducs comme Dwan, Ivey et Gus Hansen augmenter encore leur profit. 

Même s'il arrive à tout le monde de voir, de temps à autre, un Chinois s'assoir à une table de low stakes en ligne sur PokerStars, cela reste très rare. Le boom du poker chinois que tant de gens espèrent est bien arrivé, mais pas de la manière dont les gens l'espéraient. Des tonnes d'argent ont été infusées dans l'économie du poker en Chine, mais pour chopper cet argent, vous allez devoir aller jouer à Macao et mettre tous vos sous dans l'une des plus grande partie de cash game du monde. C'est une histoire très différente de celle de Moneymaker, dont le boom a lancé la carrière de plusieurs milliers de jeunes gars de 20 ans à l'esprit vif.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up