weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Cinq questions sur le rachat de Full Tilt par PokerStars

THE WEEKLY SHUFFLE, 2012-08-05, par Ozone

La semaine dernière l'ahurissante nouvelle du rachat de Full Tilt par PokerStars a laissé beaucoup de personnes face à leurs interrogations. Nous allons nous attarder sur cinq de questions les plus intéressantes sur cet accord historique qui va déboucher sur le retour de 390 millions de $ à la base de joueurs mondiale de Full Tilt Poker's. 

Top 3 Online Poker Bonuses


Question #1 : Est-ce que PokerStars va entrer en bourse ?

Certains se demandent si PokerStars est en mesure de devenir une société cotée en bourse. C'est une bonne question.

Grâce à leur accord avec l'U.S. Department of Justice, PokerStars est dans le vert vis à vis des U.S.A., grâce à la clause de « non mauvais comportement ». De plus, leur fondateur et PDG, Isai Scheinberg, doit se retirer de tout rôle exécutif de la compagnie dans 45 jours. Donc vers la fin du mois de septembre, PokerStars sera dirigé sur une base saine selon le point de vue du gouvernement U.S. Est-ce que ça suffit à leur permettre de rentrer en bourse ?

Sans aucun doute, PokerStars est la meilleure marque de poker en ligne sur le marché. Leur acquisition de Full Tilt Poker leur donne le contrôle sur une grande majorité de la base de joueurs en argent réel mondiale. Mais certaines raisons peuvent les pousser à vouloir lever du capital chez les investisseurs privés.

Tout d'abord, comme Zynga Poker scrute la chance de faire son entrée sur le monde du poker en argent réel d'un ?il plus que sérieux, PokerStars pourrait y voir un grand rival apparaître du jour au lendemain. Un financement extérieur peut s'avérer nécessaire pour faire face à ce scénario. 

De plus, PokerStars va devoir dépenser de l'argent pour remplacer le talent perdu avec le départ de Scheinberg et pour pouvoir faire une poussé sur le marché du jeu d'argent aux U.S.A. PokerStars a le feu vert pour opérer aux U.S.A., tant « qu'ils exercent dans la légalité ». Même si le DOJ ne se mettra pas sur le chemin de leur permis d'opérer aux U.S.A., les législateur d'état et fédéraux pourraient ne pas pardonner aussi rapidement le comportement passé du site de poker. Certaines indications montrent déjà que les parlementaires du Nevada pourraient ne pas leur accorder de permis avant un petit moment, à cause des précédentes violations de plusieurs juridictions d'iGaming (le Nevada est très strict avec les opérateurs). 

Une introduction en bourse pourrait aussi être nécessaire pour que Scheinberg vende ses parts importantes dans la société, après en être sorti. Les rumeurs d'une entrée en bourse de PokerStars traînent déjà depuis plusieurs années, mais leur fondement n'a jamais été aussi fort que récemment. 

Rejoindre Party Poker, 888 Poker et les autres en bourse pourrait être la prochaine étape logique de PokerStars. Espérons simplement qu'ils ne finissent pas en une sorte de corporation démoniaque et malfaisante, perdant au passage ce qui les a aidé à devenir la meilleure salle de poker en ligne. 

Par le passé, quand les opérateurs de poker entraient en bourse, la commission prenait un coup à la hausse et s'en suivait rapidement des parties d'un niveau plus relevé. De plus, sous la pression de devoir toujours tirer plus de dividendes, les salles de poker sont devenues plus permissives avec le ratio shark/fish, permettant aux joueurs de jouer beaucoup de tables en même temps. Cela a causé la perte des parties de cash game faciles, car les grinders se sont multipliés et ont rendu les parties plus difficiles et moins appréciables pour les joueurs occasionnels.

Réponse courte : Peut-être ! (Mais personne ne peut vraiment le dire avec certitude pour l'instant).

Question #2 : Will Lederer, Ferguson et co. Vont-ils revenir dans le poker ? Pour jouer les WSOP 2013 ?

Pour quelques raisons, nous allons répondre à cette question avec un franc et affirmatif oui !

Voici les raisons qui expliquent selon nous pourquoi Howard Lederer et Chris Ferguson vont non seulement remontrer le bout de leur nez dans le monde du poker, mais aussi pourquoi ce moment devrait arriver sous très peu de temps, voir d'ici les prochaines WSOP :

1. Des mécanismes de défense et des campagnes de relations publiques. Ne doutez jamais du pouvoir de déni et de réécriture de l'histoire de ce type de personnes. Ces gars vont trouver des moyens de se pardonner eux-mêmes et de la communauté. Lederer et Ferguson sont des légendes dans leur propre tête. Ils ont des surnoms qui sont reconnus par des inconnus. 

Il y a déjà des gens pour excuser Lederer et Ferguson dans le monde du poker. Il y a encore des gens qui seraient ravis de se faire prendre en photo avec eux. L'opinion publique sera manipulée ou suffisamment étouffée pour que ces gars réapparaissent dans le monde du poker, même si ça vous semble difficilement imaginable pour l'instant. 

2. Comme l'a dit [[ptlink Jon Aguiar @@ /weekly.shuffle/archives/2012-07-22]], « les joueurs de poker sont vraiment presque tous des mauviettes ». Il a raison. C'est pour ça que des gens comme Annie Duke, Joe Sebok, Erick Lindgren et d'autres n'ont eu aucun souci pour se présenter et jouer en direct dans des tournois juste après avoir menti et/ou volé un grand nombre de personnes dans la communauté du poker. En gros, le monde du poker ne va rien faire pour empêcher Lederer et Ferguson de revenir et de jouer des tournois.

3. Ils ont besoin d'argent ! N'oubliez pas la possibilité que ces gars soit motivés à jouer au poker parce qu'ils ont besoin d'argent. Jouer au poker (et diriger une grande arnaque de poker en ligne) est tout ce que ces gars savent faire pour gagner de l'argent.

4. Ils sont stupides. Howard Lederer et Chris Ferguson sont à la fois très intelligents et très stupides. Nous le disions depuis des années, ils ont été stupides de diriger une énorme salle de poker illégale en continuant à opérer sur le territoire américain (pourquoi pensez-vous que le bien plus intelligent et plus accompli Isai Scheinberg n'a jamais osé mettre le pied aux U.S.A., tout en dirigeant exactement le même type de commerce ?) 

Lederer était même train de dîner à Las Vegas après le Black Friday. Selon la rumeur, il aurait même été jusqu'à organiser son traditionnel BBQ du 4 juillet cette année dans sa résidence de Vegas, alors que des milliers de joueurs dont l'argent était bloqué sur Full Tilt étaient à quelques rues de là en train de participer aux WSOP.

La preuve est faite. Howard Lederer est clairement suffisamment idiot pour regarder le public dans les yeux comme s'il n'avait rien commis de mal. 

Réponse courte : Vous pouvez parier que oui !

Question #3 : En quoi la culture du succès de PokerStars va-t-elle changer après le départ d'Isai Scheinberg ?

Tous ceux qui pensent que la clause du DOJ sur le départ d'Isai Scheinberg n'est « pas vraiment importante » se trompent lourdement. Scheinberg est le Steve Jobs du poker en ligne. C'est une comparaison que font les employés de PokerStars eux-mêmes.  

La culture du succès de PokerStars et la manière dont ce site est devenu le leader du marché sont dues, sous presque tous les détails imaginables, à la vision et au leadership de Scheinberg. PokerStars était un gros bébé. Il l'a construit à partir de rien et comprenait toutes les facettes de la société mieux que n'importe qui travaillant pour lui. C'était un visionnaire qui avait compris comment amener les gens à donner le meilleur d'eux-mêmes. Les hommes d'affaire comme lui ne se comptent pas en dizaines. 

Selon toutes probabilités, PokerStars va continuer à être la super société que les clients aiment, semblable à elle-même, mais la perte de Scheinberg est un vrai coup dur. Les premiers mois de transition après son départ seront très importants pour ls société.  

Réponse courte : Probablement pas beaucoup, mais ce serait une erreur de croire que Scheinberg n'a pas joué un rôle fondamental pour la société.

Question #4 : Est-ce que l'accord veut dire que PokerStars détient un quasi monopole sur le poker ?

Est-ce que l'acquisition par PokerStars de Full Tilt veut dire une augmentation des commissions et une moins bonne qualité de jeu pour faire gonfler la valeur de leur action ?  

Pour l'instant, oui, PokerStars est maintenant très près de contrôler le monde du poker dans son intégralité. Mais pour une raison que nous avons déjà mentionnée, cela ne signifie pas pour autant que les joueurs y perdront au change dans la qualité générale.

Deux mots : Zynga Poker.

Certaines personnes très intelligentes de la Silicon Valley sont en train d'essayer de lancer leur jeu de poker en ligne avec plus de 30 millions d'utilisateurs inscrits. C'est déjà suffisamment important pour que PokerStars reste sur ses gardes et s'attachent à bien continuer de satisfaire ses clients. S'ils perdaient leur enthousiasme et commençaient à s'attirer des mauvaises critiques dans le monde du poker, Zynga pourrait devenir la plus grande salle de poker au monde en seulement quelques semaines d'existence. 

Réponse courte : Oui, mais les joueurs ne devraient pas trop s'en faire car PokerStars a encore plusieurs raisons de garder ses clients satisfaits.

Question #5 : Est-ce que le commentaire de Preet Bharara voulait dire que le DOJ va s'en prendre à Lock Poker, Merge Network et les autres salles présentes sur le marché américain ?

Dans le communiqué de presse du DOJ concernant l'accord de PokerStars, le procureur américain Preet Bharara a eu des paroles très dures à l'encontre des opérateurs qui officient actuellement sur le marché américain.

Bharara a déclaré :  « Les accords d'aujourd'hui démontrent que si vous vous engagez dans des activités qui violent les lois américaines, comme nous l'avons prétendu dans ce cas, alors même si vous le faites à l'autre bout de la planète, vous devrez répondre de ces activités et rendre vos gains malhonnêtement gagnés ».

Ces paroles acerbes peuvent être des menaces vides ou un signal que les U.S.A. n'ont pas fini leur guerre avec le poker. Les opérateurs de sites comme Lock Poker et le Merge Network devraient se sentir très concernés par la suite des événements pour leurs opérations de collecte de cash. 

Cela n'a pas été beaucoup dit, mais l'accord de PokerStars profite merveilleusement au DOJ. PokerStars a déboursé 547 millions de $ au DOJ. Seulement 209 millions de $ environ représentent l'argent du aux joueurs américains. Le reste est conservé par le gouvernement pour « couvrir les frais légaux faits par d'autres sur les actifs de Full Tilt ».

Soit 338 millions de $ pour les batailles légales qui pourraient ne jamais voir le jour. 

Donc, où va aller cet argent ? Qui sait. Mais une chose est sûre, le bureau de Preet Bharara a rendu heureux beaucoup de gens au gouvernement. Ce fut pour lui l'affaire qui va faire sa carrière. Lui ou un autre dans une position similaire va être très motivé pour reproduire « l'exploit » en visant d'autres opérateurs officiant sur le marché américain. 

Nous avons insisté sur ce fait depuis un moment, et nous ne pouvons pas le dire suffisamment mais : votre argent n'est pas en sécurité sur des sites acceptant actuellement les joueurs américains. Ne jouez pas sur ces sites. 

Il est très grave que des sites d'information de poker « réputés » envoient des lecteurs américains vers ces sites de poker. Personne ayant un tant soit peu de jugeote peut croire que ces sites sont sûrs. Les publicitaires travaillant avec Lock Poker et les autres sont en train d'offrir leurs lecteurs en sacrifice. 

Réponse courte : Ce n'est probablement pas qu'une menace en l'air.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up