weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Pensées éparses : édition spéciale Epic Fail

THE WEEKLY SHUFFLE, 2012-03-04, par Ozone

Passons donc en revue le monde du poker pour une nouvelle édition de nos Pensées éparses, où chaque paragraphe est une petite histoire à lui tout seul.

Qui sait encore ce qui peut bien se passer avec la vente de Full Tilt ? Matt Glantz et Doyle Brunson ont dit que vous pouviez sans doute dire adieu à votre argent Full Tilt, la même où Wendeen Eolis rapportait qu'un avocat du Groupe Bernard Tapie était « très confiant sur la conclusion d'un accord », peut-être même avant la fin du mois ! J'abandonne. Si vous pouviez voir une courbe indiquant l'évolution des probas de remboursement par Full Tilt, elle ressemblerait à quelque chose comme ça. Qui sait vraiment ? Si on en croit Matt Glantz, la plupart des gens en internes de Full Tilt ne croient pas en un accord. Si vous écoutez Wendeen Eolis, il y a du progrès et un accord est imminent. Des dizaines de millions de dollars de dettes dans l'économie du poker, et on ne sait toujours pas s'ils vont refaire surface ! C'est de la folie !

Top 3 Online Poker Bonuses


Le pro de Full Tilt, Erick Lindgren devrait soit disant un chiffre avec 5 zéros à des participants de mises de football fantasy à haute mise. Il n'aurait pas payé, se déclarant en banqueroute de cash. J'ai joué avec "E-Dog" l'été dernier, tard dans le Main Event WSOP. Sa réponse à la question posée par un autre joueur sur la situation de Full Tilt fut qu'il souhaitait « qu'ils finissent par vitre payer les joueurs ! » Mais ce n'est pas si facile, quand on n'a pas l'argent pour, pas vrai Erick ?

Quelques jours après être sorti du placard et être devenu le premier homme pro du poker ouvertement homosexuel, Jason Somerville a atteint la table finale du WPT L.A. Poker Classic et a terminé 6ème pour 203 000 $. C'est son premier cash en tournoi depuis l'été dernier, et son premier cash dans un tournoi non WSOP depuis janvier 2010. Tout ça pourrait donner des idées à ceux qui veulent désespérément sortir d'une longue période de malchance.

Existe-t-il des bon podcasts de poker ? Le podcast semble être la première vague du média du futur. Gratuit, à la demande et en général sans publicités, sans restriction de langue ou de sujets. Qui a besoin d'écouter la radio quand vous avez Internet ? Un podcast de poker semble une idée intéressante, en théorie. Il faudrait qu'on y retrouve le bon équilibre entre commentaire sur le monde du poker et quelques discussions de stratégie, et de philosophie sur la vie. Si vous restez sceptique sur les mérites des podcasts, comme je l'étais moi-même il y a quelques mois, écoutez donc le podcast de Joe Rogan (en anglais). C'est marrant, éducatif, et addictif. Les podcasts ont un potentiel énorme si on sait les réaliser correctement.

Alors, qui seront les pros sponsorisés du poker du futur ? Lorsque ces salles de poker en ligne du Nevada vont décoller, il va forcément y avoir une demande pour y apposer le visage bien connu d'un pro bien apprécié pour représenter l'image de marque, mais qui ? Il n'y a que trois sortes de personnalités de pro du poker que l'on peut exploiter à des fins marketings : ceux avec une image ternie, les has-beens (Greg Raymer, etc), et les gars de chez PokerStars. Tous ceux qui ont été associés à Full Tilt peuvent dire adieu à leur potentiel sponsoring, et certains ont déjà du le faire. Pareil pour les crevards d'UB, et tous les mecs louches qui ont du sang sur les mains. PokerStars semble conserver fermement les derniers gars respectables et utilisables pour la pub. Il ne reste en fait plus personne pour les futures marques. Hormis Phil Hellmuth. C'est un électron libre qui semble être en bonne position pour décrocher un gros contrat de sponsoring avec une salle de poker U.S. importante un de ces jours, ce qui est assez incroyable quand on sait qu'il a travaillé pour UB pendant presque une décennie. Ben Lamb est un autre candidat probable pour devenir le futur visage du poker, mais il ferait bien de perdre son pneu de rechange pour augmenter son pouvoir marketing.

C'est tellement génial de voir les autorités du R-U protéger leurs citoyens des publicités potentiellement dangereuses qui associent jeu d'argent et séduction. Imaginez quel pays de fous ils auraient pu devenir, s'ils avaient cru qu'ils pourraient vraiment voir une fille en bikini sur les tables PokerCam de 888 Poker. Bravo, les autorités anglaises, bien joué !

Donc, la Epic Poker League vient de déposer le bilan. On peut appeler ce projet un epic fail (merci de ne pas applaudir). Ils doivent actuellement 1,4 millions de dollars en recouvrement et en argent de freeroll aux membres de la ligue. C'est un coup bas et facile, mais on remarquera la particularité familiale des Lederers à ne pas honorer leurs dettes envers le monde du poker. D'un côté on a Howard avec des centaines de millions dans le rouge pour les joueurs de Full Tilt, et puis la petite s?ur Annie Duke qui commence un ligue de poker qui fait faillite en à peine un an, laissant les joueurs les mains en l'air à se demander où est passée la valeur qui leur était promise. Elle a osé un mensonge bien couillu sur l'annulation du tournoi numéro quatre. Wicked Chops Poker rapporte que le dossier de la faillite de la compagnie comprend aussi 23 000 $ dus aux Vétérans blessés de guerre d'Amérique. Les parents Lederers doivent être bien fiers !

[Un petit lien "on vous l'avait bien dit" obligatoire concernant cet Epic fail].

Le monde du poker ne pouvait pas être plus en bordel que maintenant. En fait, c'est presque devenue une honte de s'identifier comme l'un des rares qui profitent d'un jeu amusant. Vous êtes entouré d'une bande de dégénérés malhonnêtes qui sabordent leurs entreprises et doivent des centaines de millions aux joueurs de base du monde entier, une auto proclamée "magnat des affaires" qui coulent un autre projet de poker et qui réussit à dépouiller les blessés de guerres par la même occasion, et le gouvernement du pays le plus « développé » au monde qui traite le poker comme un danger moral mais qui détournera gentiment le regard le jour où tout ça ira dans son portefeuille. Beaucoup de conneries à avaler alors qu'on veut seulement jouer à un jeu de carte.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up