weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Le sauvetage de Full Tilt en danger

THE WEEKLY SHUFFLE, 2012-02-12, par Ozone

Le très attendu accord entre le DOJ et le Groupe Bernard Tapie (GBT) sur l'acquisition des actifs de Full Tilt Poker semble avoir pris un gros coup de plomb dans l'aile. Un avocat de GBT a déclaré la semaine dernière que les anciens pros de Full Tilt ont mis l'accord en danger en ne repayant par leurs dettes envers la salle de poker. L'accord de $80 millions pour la reprise de Full Tilt est maintenant au point mort car GBT cherche à récupérer $16,5 millions que des joueurs comme Barry Greenstein, Phil Ivey, Erick Lindgren, et Mike Matusow doivent au site. Laurent Tapie a déclaré qu'au total, 19 pros devaient de l'argent au site, et que GBT n'allaient pas racheter las dettes de ces joueurs.

Top 3 Online Poker Bonuses


C'est une tournure particulièrement décevante pour tous ceux dont l'argent est encore bloqué sur Full Tilt Poker. Pendant un temps, il semblait qu'un remboursement complet des joueurs du monde entier était presque assuré. Nous avions même donné 100 suggestions de choses à faire pour votre argent sur Full Tilt en novembre dernier, à la suite de nouvelles annonçant que le DOJ avait passé un accord pour laisser GBT racheter tous les actifs de Full Tilt. Maintenant les dettes de plusieurs pros, pour beaucoup adulés par les clients de Full Tilt, constituent le dernier obstacle empêchant les joueurs de récupérer leur argent.

Comment est-ce arrivé ?

La pratique de prêt d'argent de Full Tilt à ses pros est en partie ce qui a amené un juge fédéral à déclarer que cette société est une vraie arnaque pyramidale" à l'automne dernier. En gros, Full Tilt créait de l'argent à partir de rien en créditant leurs pros avec des prêts massifs pour qu'ils jouent leurs parties. Donc par exemple, supposons que Phil Ivey voulait $1 million sur le site. Il lui était plus facile de simplement demander à ses amis dirigeant la compagnie de lui prêter l'argent directement sur son compte. Après tout, sa présence dans les parties à hautes mises était bonne pour les affaires, car elle attirait des tonnes d'observateurs sur le site.

Cette pratique de prêt d'argent à des joueurs était apparemment monnaie courante pendant les jours de gloire de Full Tilt, car le nombre incroyable de 19 joueurs ont contracté des dettes envers ce site. Phil Ivey et Erick Lindgren doivent à tous les deux presque la moitié de l'énorme dette (environ $4 millions chacun). David Benyamine devrait de son côté dans les $2 millions. Ce fut plutôt astucieux de la part de GBT de donner les noms des endettés, afin de les motiver à mettre leurs comptes à jour.

La réponse des joueurs

Mike Matusow, que l'on soupçonne de devoir $700 000 au site, a déclaré sur tweeter, "pour tous mes fans, sachez que je ne dois pas d'argent à full tilt et je ne sais pas pourquoi mon est mentionné."

Barry Greenstein, qui est responsable de $400 000 de la dette, a répondu par le biais de TwoPlusTwo pour faire sa déclaration sur le sujet. Dans cette dernière, il déclare "J'ai emprunté $400 000 pour jouer sur Full Tilt il y a quelques années, avant que PokerStars ne propose des parties à hautes mises. Je n'ai pas remboursé, espérant que quelqu'un qui me doive de l'argent dispose de fonds sur Full Tilt, afin qu'il me paye sur ce site et que je puisse rembourser."

Greenstein a ensuite déclaré que, "Le Groupe Tapie m'a contacté la semaine dernière et m'a demandé si j'allais les payer directement. Leur avocat m'a offert la possibilité de payer en plusieurs fois, afin que je puisse récupérer et utiliser de l'argent que l'on me doit." Selon lui, l'argent qu'il doit à Full Tilt n'a aucun impact sur l'accord. Greenstein a indiqué qu'il n'avait aucune intention de régler sa dette en la payant à GBT en disant : "J'étais inquiet de prendre de l'argent dû aux joueurs américains pour le donner au Groupe Tapie, car on sait que ce n'est pas le Groupe Tapie qui va rembourser les joueurs US."

Il est étrange de voir Greenstein croire qu'il a une "obligation morale" pour repayer les joueurs US. L'argent emprunté à Full Tilt est de l'argent emprunté à Full Tilt. L'argent que ces pros doivent au site appartient de droit à la base de joueurs mondiale du site. Est-ce que Greenstein pense que s'il règle sa dette avec GBT, le DOJ ; qui sera la partie responsable de rembourser les joueurs US après la conclusion de l'accord ; pourrait d'une manière ou d'une autre escroquer les joueurs US de l'argent qu'il leur est dû, car il a réglé sa dette avec GBT et pas avec eux ? S'il n'y a pas d'accord avec GBT, personne ne sera remboursé. La réponse de Greenstein laisse envisager des motivations très questionnables.

Et pour l'avenir ?

L'accord entre GBT et le DOJ sur une reprise de Full Tilt est en train de partir en fumée. Les négociations sont suspendues dans l'attente des $16.5 millions que des joueurs dégénérés doivent à Full Tilt. Il n'y a rien qui pousse ces 19 pros à rembourser rapidement leurs dettes. Comme Matusow et Greenstein, beaucoup d'autres vont se trouver des excuses pour ne pas débourser les centaines de milliers de dollars qu'ils doivent au site. Il n'y a aucune raison d'espérer que ces 19 pros avec des dettes énormes vont se mettre à rembourser ou autre, et il n'y a aucune raison de penser que le sauvetage par le GBT se fera. L'avocat du GBT, Behn Dayanim, a déclaré que : "la compagnie est en pire état financier que ce que nous avions anticipé."

Full Tilt a été bâti sur sa capacité à donner aux joueurs occasionnels une chance de joueur avec les meilleurs pros du jeu. Au final, ces pros sont la raison qui empêchera probablement tous les joueurs occasionnels du monde à recevoir un remboursement complet (sans compter les intérêts !) de l'argent qu'ils ont confié aux dirigeants inconscients de Full Tilt. Les pros sponsorisés par Full Tilt ne sont pas les héros que les programmes de télévision de poker ont dépeints. Beaucoup d'entre eux, au mieux, sont d'irresponsables joueurs dégénérés qui se sont trouvés au bon moment au bon endroit pour profiter d'une salle de poker en ligne horriblement mal gérée.

Dans les semaines à venir, GBT examinera les probabilités qu'ils ont de recevoir les $16,5 millions des pros sponsorisés de Full Tilt, et prendra sa décision sur la poursuite, ou non, de l'acquisition. Il est peu probable qu'ils avancent sur la collecte des dettes des 19 joueurs de poker, dont beaucoup n'ont très probablement pas les moyens de repayer leurs dettes. Malheureusement pour les joueurs qui ont des fonds bloqués sur Full Tilt, des nouvelles dans les semaines à venir que GBT a finalement décidé de ne pas poursuivre cet accord, est du domaine du très probable.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up