weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Plaidoyer contre les HUD de Poker

THE WEEKLY SHUFFLE, 2011-12-25, par Ozone, TwoGun

La plupart des joueurs de poker gagnants utilisent un affichage heads-up display (HUD) pendant leurs sessions de bûchage quotidien. Il n'y a que très peu de différents HUD utilisés fréquemment: PokerTracker et Hold'em Manager sont deux des plus populaires. Ces logiciels presque obligatoires pour réussir dans le poker en ligne, spécialement lorsque vous jouez plus d'une table en même temps. Mais l'avantage gagné de ces logiciels et leur HUD est en train de tuer le poker en ligne. Il est temps que les salles de poker en ligne prennent des mesures.

Top 3 Online Poker Bonuses


Les parties de poker en ligne ont graduellement atteint le point de difficulté presque impossible à surmonter. Les grinders hardcore submergent les parties en jouant jusqu'à 24 tables en même temps. Ils utilisent des logiciels comme PokerTracker pour garder des onglets sur leurs opposants tout en prenant plus de 1 000 décisions par heure. Les jours de l'observation de vos opposants dans une partie de poker en ligne sont révolus. Les logiciels font maintenant ce travail à votre place et tous joueurs tentant de réussir sans ces logiciels partent avec un désavantage majeur.

Les salles de poker se souciaient, dans le passé, de ne pas laisser leurs joueurs se faire cannibaliser. Dans les premiers jours du poker en ligne, les opérateurs avaient des politiques en place pour aider à protéger les joueurs les plus faibles d'être complètement écraser dans leurs parties. Ils limitaient le nombre de tables qu'un joueur peut jouer en même temps, et limitaient aussi les mises qu'ils offraient, afin qu'un fish ne claque pas toute sa thune en tentant sa chance aux parties à super hautes mises. Cela avait aussi pour effet de garder les parties vivantes et juteuses. Comme il y avait beaucoup de fish avec une bankroll saine, les requins pouvaient afficher des gains horaires très intéressants.

Vers 2005, les salles de poker en ligne ont commencé à être cotées en bourse. Leurs priorités sont donc passées en mode profits rapides, afin de faire monter la valeur de leur action. Pour se faire, ils ont transformé leurs parties en une fête multi-table presque sans aucune limite aux nombres de parties accessibles par les joueurs. Les modèles commerciaux se sont tous orientés sur générer autant de commission le plus rapidement possible, sans prendre en compte la difficulté de leurs parties.

Avance rapide quelques années plus tard, et nous voyons un paysage du poker en ligne où les parties cash à petites mises croulent sous les grinders qui multi-tablent, utilisant les logiciels HUD pour prendre un petit avantage tout en faisant des profits avec les programmes VIP qui récompensent les joueurs qui font beaucoup de volume. Les parties en cash de poker en ligne ne sont plus du tout le lieu de récréation des joueurs occasionnels qui ont une après-midi à tuer. Ce qui avait rendu le poker si attrayant, et parallèlement l'avait conduit dans une croissance extrême, était le fait que même les joueurs mauvais pouvaient gagner sur le court terme. De nos jours, cet attrait a disparu car les joueurs occasionnels ont toutes les chances de se retrouver assis à une table remplie de grinders futés, à virtuellement tous les niveaux de mises.

La plupart des écosystèmes comprennent que les prédateurs ne peuvent pas avoir un accès libre aux proies : c'est négatif pour tout le monde. Par exemple, les états disposent de permis de chasse et de pêche, pour empêcher la surchasse ou la surpêche. De cette manière, sur le long terme, il y a toujours plein de poissons/parties dans la nature qui peuvent se régénérer. Autoriser le règne sans partage des chausseurs/pêcheurs peut résulter en une seule grande récolte, puis dans la famine pour les années à venir.

Le poker marche de la même manière. S'il y a 1 000 poissons jouant sur une salle de poker donnée, et 1 000 requins, c'est un écosystème très table et très profitables pour les 1 000 requins (en partant du principe d'une table par personne). Cependant, permettre aux requins de joueurs 10 tables revient à créer un écosystème à 10 000 requins pour 1 000 fish, ce qui rend les jeux presque imbattables. Ce n'est ni bon pour les requins, ni pour les fish, même si la salle de poker gagnera plus de commissions sur le court terme. Les fish sont rapidement effrayés et partent, alors que les grinders finiront par réaliser qu'ils ne gagnent pas d'argent car ils ne font que jouer contre des requins.

Il y a un marché désormais pour les salles de poker en ligne qui aideraient à inverser la tendance dans l'autre direction. Voici quelques unes des mesures que les salles de poker peuvent prendre pour rassembler les joueurs qui cherchent des parties qui ressemblent à ce qu'ils peuvent trouver dans les casinos en live :

Offrir des tables anonymes

Les salles de poker en ligne peuvent totalement annuler les effets négatifs des HUD sur leurs parties en créant des tables où les participants sont complètement anonymes. Bodog a récemment essayé de le faire, mais des problèmes dans leur logiciel ont rendu les parties moins anonymes que prévues. C'est un concept simple, qui remet du fun dans les parties de poker en ligne, car les joueurs sont forcés de reprendre de l'observation pure et dure, à la old school, sur leurs opposants pour avoir un avantage. Les tables pourraient être totalement anonymes et les joueurs identifiés uniquement par leur numéro de place à la table, ou les joueurs pourraient être autorisés à entrer un nom d'écran avant de s'assoir dans la partie.

Sélection aléatoire de la place à la table

La plupart du temps les casinos ne laissent pas les joueurs choisir leur place. On vous dit qu'une place vient de se libérer au jeu et aux mises que vous souhaitez jouer, et si vous voulez jouer dans cette partie, vous devez accepter la place. Le poker en ligne fonctionne de manière très différente, les joueurs sont libres de se promener et n'importe quel place. Cela ouvre la porte à la collusion, et créer un avantage immédiat si on s'assoit à la gauche d'un joueur futé. Pourquoi ne pas rendre la sélection d'une place à une table de poker en ligne totalement aléatoire ? Les joueurs indiquent le jeu, les mises et le buy-in auxquels ils veulent jouer, et ils reçoivent une place aléatoirement qui répond à leurs envies. Les joueurs qui abusent de cette fonction en quittant les parties et en y réentrant dans l'espoir d'obtenir une meilleure table peuvent recevoir un avertissement ou un ban temporaire.

Nombre limité de tables anonymes

Créer une règle où les joueurs ne peuvent rejoindre que deux ou trois tables anonymes en même temps. Les parties non anonymes peuvent continuer à autoriser autant de parties que possible : laissez les grinders de rakeback continuer à s'assassiner les uns les autres s'ils le souhaitent.

Interdiction des logiciels de poker

Même si pratiquement aucune salle de poker n'exerce pour l'instant un tel droit, ils sont complètement libres de le faire et d'interdire l'utilisation de logiciels de poker dans leurs parties. 888 Poker a dans le passé pris une position plus hostile contre ces logiciels que la majorité des salles de poker, mais a cédé face à la norme de l'industrie en permettant l'utilisation de PokerTracker dans ses parties. Il y a plusieurs manières différentes de prévenir l'utilisation de ces logiciels. La manière très efficace reste de désactiver l'enregistrement des historiques de mains sur le disque dur du joueur, qui est la source d'information des logiciels de poker puor générer les statistiques dans un HUD.

Au final, les salles de poker vont devoir s'opposer à la tendance de l'utilisation des logiciels de poker et HUD dans leurs parties. Les parties cash en ligne sont imbattables de nos jours, lorsque vous ne prenez pas en compte les programmes de rakeback. Ce n'est probablement pas un problème pour un joueur qui joue 200 000 mains par an afin de profiter des récompenses de programmes VIP, mais ça craint grave pour le joueur occasionnel qui veut venir jouer 2 ou 300 mains avant d'aller dormir. La première salle de poker a comprendre cela et à agir dans ce sens va se tailler une bonne part de marché.

Il suffit qu'une seule grande salle de poker avec une vision sur le long terme agisse en mettant en place ces méthodes, et elle va sûrement croître. Malheureusement, la plupart des salles de poker sont très orientées sur le court terme, et doivent afficher des profits rapides pour les investisseurs, afin que le prix de l'action ne chute pas trop durement. Bodog, qui n'est pas coté en bourse, affiche au moins l'intention de protéger les fish par le biais d'une croissance à long terme. Peut-être d'autres s'y mettront aussi.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up