weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Nouvelles du poker en vrac : édition instabilité

THE WEEKLY SHUFFLE, 2011-09-18, par Ozone

Un condamné pour crime sexuel se fait jeter du tournoi $20 000 de l'Epic Poker League

Le monde du poker a eu son lot de controverses cette année. La dernière en date a été lancé par l'Epic Poker League lors du placement du vainqueur de leur tournoi inaugural, Chino Rheem, en période de probation pour les dettes impressionnantes qu'il a contracté envers plusieurs personnes de la communauté du poker. Avant leur seconde Main Event, qui a été remporté par Mike McDonald, l'EPL a disqualifié Michael DiVita, condamné pour crime sexuel, après qu'il ait remporté une place pour le $20 000 lors de leur tournoi Pro/Am.

Top 3 Online Poker Bonuses


Même s'il est bon de voir une organisation de tournoi imposer un code d'éthique aux joueurs, l'EPL a complètement raté le coup sur l'affaire DiVita. Après avoir découvert qu'il avait été emprisonné pour avoir agressé sexuellement un ou une mineure, l'EPL l'a disqualifié du tournoi $20 000 et a donné sa place au joueur qui a terminé juste après lui dans le qualifier à $1 500. L'EPL a prétendu que DiVita s'était volontairement retiré, mais ce dernier a affirmé le contraire, rapportant qu'on lui avait dit que s'il ne se retirait pas du tournoi, il n'obtiendrait rien, même pas son buy-in de $1 500 de l'épreuve qualificative.

On peut comprendre, jusqu'à un certain point, que l'EPL ne veuillez pas qu'un criminel sexuel remporte leur deuxième tournoi, après que le premier ait été remporté par un joueur connu pour ses dettes. Mais que ça vous plaise ou non, DiVita a remporté sa place à $20 000 à la régulière. Même si on pense très certainement tous que les crimes sexuels sur mineur sont parmi, sinon le pire, crime dans nos sociétés, l'EPL se met en porte-à-faux en privant DiVita de la valeur d'une place qu'il a gagné à la régulière. On ne leur en voudra pas d'interdire à DiVita de jouer dans leurs tournois, s'ils choisissent de le faire. Mais le fait en la matière est qu'il a gagné à la régulière le tournoi Pro/Am et qu'il mérite au moins $20 000 pour ses efforts.

Si l'EPL est aussi sérieuse qu'elle semble l'être en ce qui concerne l'élévation du niveau d'éthique et des standards dans le monde du poker, elle devrait au moins envisager de garder un ?il sur les joueurs membres qui ont possédé et profité des salles de poker en ligne désormais disparues ou sur le point de l'être. Bien sûr, on n'est pas prêt de voir ça : Annie Duke, fondatrice de l'EPL, ancienne complice d'UB, et s?ur de Howard Lederer, n'est aps vraiment en position de commencer à jeter la première pierre sur ceux qui ont profités des affaires FTP et UB.

La dure réalité est que le monde du poker est rempli de toutes sortes d'anciens condamnés, d'enfoirés, et de traitres opportunistes. Essayer de donner une belle image du poker, même si c'est une noble tentative, est tout simplement infaisable.

Full Tilt fait une déclaration, audition pour demain

Full Tilt Poker a fait une déclaration la semaine dernière par le biais de PokerStrategy.com. Ils ont déjà rendus publiques leurs deux dernières déclarations par ce site, supposément car ils leur doivent des commissions publicitaires d'un montant conséquent.

Comme tout ce qui vient du camp Full Tilt depuis le Black Friday, la déclaration ne donnait que peu d'informations aux joueurs qui espèrent peut-être encore revoir leur argent. Ils ont déclaré avoir commencé à adopter un programme d'optimisation qui pourrait provoquer 250 licenciements pour économiser €12 millions par an.

A l'aube de leur audience avec la Alderney Gambling Control Commission (AGCC), il est très claire que Full Tilt a échoué à sécuriser le capital pour rembourser les joueurs. Le 29 juillet, AGCC a accepté de repousser sa décision sur la restauration ou l'annulation du permis d'opération de Full Tilt, et a aussi accepté d'organiser toutes les prochaines audiences à hui clos. Il est difficile de dire ce qu'il va sortir de l'audience de demain. Et comme elle se fera à portes fermées, il faudra même peut-être un bon moment avant de savoir ce qu'il s'y est vraiment dit ou passé. Cependant, on voit mal comment l'AGCC pourrait autoriser Full Tilt à reprendre ces opérations sans forcer le site à clairement démontrer qu'ils disposent des fonds des joueurs, gardés dans un compte séparé. Plus longtemps Full Tilt restera en stand by, sans permis d'opération, plus la valeur de leur marque va baisser. Les joueurs qui ont de l'argent bloqué sur Full Tilt devraient espérer des bonnes nouvelles rapidement, plus le status quo perdure, moins ils ont de chance d'être remboursés.

Les réfugiés du poker à la une dans Bloomberg BusinessWeek

Un article récent dans Bloomberg BusinessWeek a mis en avant la vie de deux réfugiés du poker Américains, Matt Stout et Joey Cappuccio, qui se sont délocalisés au Costa Rica pour continuer leur carrière de joueur de poker en ligne. Stout et Cappuccio ont reçu l'aide du service de réfugiés de P5, qui aide les joueurs Américains à déménager au Canada, Costa Rica, ou Panama en leur trouvant des appartements, comptes bancaires, et un service internet fiable. Le site prend $1 000 par tête pour son service de relocation, ce qui semble être assez raisonnable pour tous les joueurs Américains qui espèrent générer leur revenu en jouant au poker en ligne.

Il est difficile de chiffrer le nombre d'Américains qui ont déménagé hors des USA pour pouvoir jouer au poker en ligne, mais ils semblent que l'ordre de grandeur soit les centaines. Je rejoindrais moi-même les rangs des réfugiés d'ici la fin du mois, en me délocalisant à Playa del Carmen, Mexique, où les pros du poker en ligne, Jon Aguiar, Shaun Deeb, et Chip Ferguson, pour en nommer quelques uns, ont déjà élu domicile.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up