weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



L'état du poker enligne après le Black Friday

THE WEEKLY SHUFFLE, 2011-08-14, par Ozone

Le membre du forum de PokerTips Oliver 'SwoopAE' Gill n'a pas été très amusé par notre interview avec Harold Lederman lors du Weekly Shuffle de la semaine dernière. Ainsi, il nous a donné un carton jaune et 1 semaine de pénalité, et il s'occupe donc à notre place de l'article de cette semaine. A votre guise, Oliver. Nous sommes heureux de vous avoir parmi nous. En tant que joueur de tournoi pro Australien, Oliver va partager son avis sur comment le Black Friday a affecté le monde du poker enligne. A vous de parler, Oliver !

Top 3 Online Poker Bonuses


Lorsque le Black Friday s'est produit, le monde du poker enligne fut chamboulé. Les pros Américains ont perdu une grande partie de leur bankroll et la possibilité de jouer en ligne. Mais qu'est ce que cela a-t-il changé pour le reste du monde du poker ? L'article de cette semaine va s'intéresser à ce qui a changé pour les autres joueurs après le Black Friday.

La première chose qui s'est produite fut le massacre des garanties, du fait de la disparition de la moitié de la base de joueur en si peu de temps. PokerStars fut moins affecté, avec une perte de seulement 30% de son trafic, alors que d'autres salles comme AP/UB et Full Tilt, ont perdu une plus grande partie de leur base de joueurs.

Il est rapidement devenu clair que l'argent sur UB ne valait plus rien, même si pour ceux qui ont suivi le scandale des super utilisateurs sur AP/UB, cela n'avait rien d'une surprise. Ce qui a choqué les joueurs de monde entier, ce fut la mise à jour de preuves sur l'utilisation des fonds des joueurs de Full Tilt pour les frais d'opération et de publicité, et l'insolvabilité face aux retraits. Cela a amené la Alderney Gaming Commission à suspendre la licence, revenant à une fermeture effective des portes de Full Tilt. Les joueurs du monde entier qui n'ont pas été suffisamment malins pour retirer leur argent des sites incriminés se retrouvent maintenant dans la même galère que leurs collègues Américains.

Donc avec UB/AP et Full Tilt hors circuit, qui reste t il en position de salles sérieuses ?

La réponse est en gros : PokerStars et les sites Européens qui n'acceptaient pas les joueurs US depuis le passage de l'UIGEA en 2006, tels que Party Poker et William Hill.

A quoi ressemblent les parties sur Pokerstars de nos jours ? Et bien, en l'absence de qualificatif adéquat, ils sont très 2007. Les parties ne sont pas aussi faciles qu'elles le furent lors des premiers jours du boom du poker, mais elles sont plus faciles qu'elles ne le furent depuis 2008, qui est le moment généralement qualifié comme étant le moment où le poker est devenu difficile à battre pour un taux de gain décent pour le « bon » joueur de poker moyen.

Avant le Black Friday, ma table dans un tournoi multi-table (TMT) freezout pour un buy-in de $75 ou 109 buy-in ressemblait à ça :

Fauteuil 1 - Moi
Fauteuil 2 - Bon pro/reg Américain
Fauteuil 3 - Amateur Américain décent
Fauteuil 4 - Bon pro/reg Américain
Fauteuil 5 - Bon pro/reg Européen
Fauteuil 6 - Fish Européen
Fauteuil 7 - Fish Russe
Fauteuil 8 - Bon pro/reg Américain
Fauteuil 9 - Amateur Américain décent

Dans n'importe quel tournoi à moyenne mise, plus de la moitié du tableau était constitué de pro Américains ou de joueurs amateurs Américains décents. Avec la difficulté de déposer que l'UIGEA a causé chez les fish, et le sentiment général parmi les amateurs que le poker enligne pouvait bien devenir illégal aux USA, les joueurs amateurs faibles ou les fishs ne sont tout simplement plus venus au poker enligne. En conséquence, en moyenne, les joueurs de poker Américains étaient en moyenne parmi les plus forts du monde.

Actuellement, ma table standard dans l'un de ces tournois ressemblent plus à ça :

Fauteuil 1 - Moi
Fauteuil 2 - Amateur Australien faible
Fauteuil 3 - Amateur Brésilient décent
Fauteuil 4 - Agro fish Brésilien
Fauteuil 5 - Calling station Lituanien
Fauteuil 6 - Fish passif Hongrois
Fauteuil 7 - Bon pro/reg Européen
Fauteuil 8 - Bon pro/reg Canadien
Fauteuil 9 - Amateur Vénézuélien faible

La scène TMT, sur Pokerstars en particulier, est plus facile qu'elle ne l'a été depuis un bon moment. Les joueurs relançant 3x puis se couchant face à une sur relance avec pourtant seulement un tapis de 11 big blinds est une pratique assez commune. Le limp-call avec 15bb puis check-fold sur le flop, est tout aussi répandu.

Il y a encore un nombre décent de pros Européens, Canadiens, Russes et Brésiliens aux tables, mais en % du tableau, le ration reg / fish a baissé. Les tableaux sont à peine supérieurs à la moitié de ce qu'ils étaient avant le Black Friday, mais ne comptent plus qu'un quart des regs que vous aviez l'habitude de voir à vos tables jour après jour. Avec beaucoup plus de Sud Américain, d'Européen de l'Est et de joueurs Asiatiques à votre table moyenne, les parties sont simplement beaucoup plus simples qu'avant.

Un freezout $75 se joue comme un freezout $26 avant le Black Friday. Un $100 rebuy se joue comme un $50 rebuy avant le Black Friday. Un $10 rebuy se joue comme un $5 rebuy avant le Black Friday. Même si les parties ne sont pas aussi simples que la partie de poker live typique, elles sont devenues bien plus simples pour beaucoup de joueurs qu'il y a seulement trois mois auparavant. Cela a été possible grandement grâce à l'influx de mauvais joueurs Brésiliens, Russes, Vénézuéliens, Hongrois, Lituaniens et Tchèques, qui sont maintenant sut toutes les tables des tournois TMT.

Maintenant, je ne suis pas en train de dire que les joueurs de poker enligne (particulièrement les joueurs de TMT) doivent s'attendre à gagner beaucoup plus d'argent qu'ils ne le faisaient avant le Black Friday. Malheureusement, environ la moitié des tournois dont les garanties les rendaient valables d'être joués n'existent plus. La faute, principalement, à la fermeture de Full Tilt et UB/AP. Même si le gain moyen en big blind pour 100 mains d'un joueur en cash game et le ROI en tournois ont augmenté, la quantité d'action que ces joueurs peuvent avoir a aussi diminué à cause de la baisse du trafic dans le monde du poker enligne. Donc les taux de gains sont plus importants, mais le revenu global n'augmente pas forcément.

D'autres sites ont été affectés par le Black Friday. Les joueurs non Américains qui préferaient jouer sur Stars/Tilt/UB plutôt que sur les sites Européens cherchent maintenant des parties sur ces sites afin d'augmenter leur volume, ce qui rend ces parties plus difficiles qu'elles ne l'étaient avant. Les sites Européens restent cependant plus faciles que les autres qui acceptaient les joueurs US. Vous devez simplement apprendre à supporter les logiciels de qualité inférieure.

Ce qui est déconcertant c'est le fait que Bwin/Party n'ont pas proposé de racheter Full Tilt afin de gagner accès à leur base de joueur et au logiciel. Pour quelques centaines de millions de dolllars, la nouvelles compagnie fusionnée Bwin/Party (bwin est la principale salle du réseau Ongame) pourrait créer une « super salle » et prendre la position de Full Tilt en tant que numéro 2 incontestable derrière PokerStars. S'ils avaient le logiciel de Full Tilt et leur base de joueur, une super salle Bwin/Party pourrait même chercher à disputer la place de numéro 1 de PokerStars dans l'avenir. Un tel scénario serait facile à imaginer si PokerStars se retrouve exclut du marché Américain, dans le cas d'une réouverture.

Globalement, je m'attends à ce que les joueurs pros non Américains gagnent autant d'argent cette année que les années précédentes, avec des ROI ou des taux de gains (big blinds par 100 mains) plus élevés, mais avec un volume moins important à cause de la diminution du nombre de parties.

Personnellement, j'espère que le prochain champion du World Series of Poker Main Event sera un Européen de l'Est, un Asiatique ou un Sud Américain. Un boom du poker dans ces régions là pourrait être une excellente nouvelle pour ceux d'entre nous qui jouent professionnellement. Le poker a encore de la place pour évoluer dans ces régions, contrairement à l'Amérique du Nord et l'Europe du nord, en particulier.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up