weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Cinq choses à retenir de l'inculpation du DOJ

THE WEEKLY SHUFFLE, 2011-04-24, par Ozone, TwoGun

#1. Le pouvoir en place ne se soucie pas du poker.

Depuis les inculpations lancées par le DOJ, le monde du poker s'est époumoné à réclamer la légalisation du poker et /ou une explication des officiels du gouvernement sur le pourquoi on est venu embêter (pour rester poli) les Américains qui voulaient juste jouer à un jeu qu'ils aiment sur Internet. Le silence, en guise de réponse, a au moins servi à éclairer une chose : les élus US n'ont rien à faire du poker et de sa situation.

Top 3 Online Poker Bonuses


Mercredi dernier, une session participative de question réponse avec le président Barack Obama, hébergée et diffusée sur Facebook a fourni aux joueurs de poker une bonne opportunité de faire se prononcer le président sur la situation du poker. Des centaines de joueurs de poker se sont connectés sur Facebook pour poser des questions liées au poker/DOJ au point où ce fut l'un des sujets les plus demandés lors de cette session (peut-être juste derrière les questions sur la marijuana). La session s'est achevée sans que le président Obama ne se voit poser une seule question sur le poker. Il a choisi de rester sur le terrain plus sûr de l'économie et de la sécurité sociale, sujets pour lesquels il avait déjà beaucoup des réponses toutes prêtes. Le message est clair : le président Obama n'en a rien à faire du poker. Et dans un sens, on ne peut pas trop lui en vouloir. Pourquoi se risquerait-il à répondre à des questions sur le poker/DOJ alors qu'il peut se contenter de développer les principaux points de son argumentaire ? Il n'y a aucun capital politique dans le poker.

Une chose que l'on peut retenir de ces inculpations du DOJ, c'est que le président Obama ne se soucie pas de la situation du poker, et qu'il ne fera rien pour les citoyens US qui aimentce jeu. Tous les joueurs de poker qui attendent qu'il fasse quelque chose pour les sauver ne font que perdre leur temps. Il s'en fout.

Le seul « presque allié » du poker à Washington qui dispose de suffisamment de marge de man?uvre pour faire passer une loi est le Sénateur Harry Reid. Plutôt que dans le bureau ovale, c'est au Sénat que, si vous y croyez, vous devriez chercher votre miracle potentiel.

#2. La PPA est un désastre.

Plus d'un million d'Américains se sont inscrits à la Poker Players Alliance. Même s'il est important que les joueurs de poker disposent d'une antenne d'expression à Washington, la PPA s'est révélée complètement inefficace jusqu'à maintenant. Regardez cette vidéo qu'ils ont sortie en réponse au Vendredi Noir. Un gars en t-shirt parlant à une webcam depuis sa chambre. Combien de gens vont prendre cette vidéo au sérieux, d'après vous ?

En plus d'améliorer leur incompétence générale, la PPA a aussi besoin de modifier son approche. Encourager les joueurs de poker à se plaindre au prés de leur élus à propos des libertés personnelles n'a aucun effet. Les politiciens n'ont rien à faire de la liberté personnel. Ce qui leur parle, c'est l'argent. La PPA doit mettre l'accent sur la création d'emploi et la protection des clients qu'amènerait une légalisation du poker. Et le mieux serait de le faire en portant au moins une chemise.

#3. Jouer au poker enligne aux USA est risqué.

Avant le Vendredi Noir, la plupart des joueurs de poker enligne d'Amérique jouaient sur PokerStars et/ou Full Tilt. Tous les autres sites acceptant les Américains étaient considérés comme trop petits et non digne de confiance. Maintenant que PokerStars et Full Tilt sont hors jeu, la seule option pour les Américains qui veulent jouer au poker enligne est d'essayer l'un des sites restants. Si le DOJ gagne son affaire contre Stars/Tilt, ce sera une jurisprudence très forte pour faire tomber tous les autres sites dans la foulée. De plus, avoir recours aux processeurs de paiement qui font encore des transactions avec les salles de poker enligne acceptant les joueurs US est maintenant considéré comme extrêmement risqué. Seul le plus idiot des idiots, ou le plus cupide des cupides, prendra ce risque. En jouant sur ces autres salles de poker, vous mettez votre argent dans les mains de gens vraiment peu recommandables, qui peuvent, à tout moment, être inculpés par le DOJ ou simplement décider de partir se planquer avec votre thune.

#4. Le poker va graduellement s'éloigner des USA.

Si la tendance se confirme, et que le poker enligne n'est pas pleinement légalisé aux Etats-Unis, y aura-t-il encore une légitimité pour que le WSOP Main Event soit encore le plus important tournoi de poker dans 5 ans ? dans 10 ans ? Au minimum, verra t'on les jeux de poker enligne adopter l'euro ou le pounds comme monnaie à la place du dollar ? Avant le Vendredi Noir, les USA étaient la capitale mondiale du poker. Chaque mois qui passe sans législation est un autre mois où cette vérité s'efface.

#5. On en est qu'au début.

Une chose est claire pour l'instant, les retombées sont loin d'être terminées pour le jeu. Il faudra encore attendre des mois, voir des années de bataille légale avant que les inculpations soient réglées. La semaine dernière, Full Tilt a déclaré "Mr. Bitar [un des propriétaires inculpés] et Full Tilt Poker croient que le poker enligne est légal - une position aussi partagée par certains des plus grands esprits de loi aux Etats-Unis. Full Tilt Poker est, et a toujours été engagé de défendre l'intégrité du jeu et de respecter la loi."

Inclus dans la déclaration, une citation de Mr. Bitar: "Je suis surpris et déçu par la décision du gouvernement de porter plainte. Mr Burtnick et moi sommes impatients de pouvoir nous expliquer."

Ces commentaires de Full Tilt ne sont pas passifs par nature. Ils impliquent une forte possibilité que la compagnie soit en train de planifier de combattre son inculpation. Un accord à l'amiable rapide semble donc improbable.

De plus, malgré un accord passé mercredi dernier avec le DOJ pour commencer à rembourser les joueurs US, PokerStars et Full Tilt n'ont toujours pas débuté le processus. De manière alarmante, Full Tilt a même déclaré « En conséquence de la récente action légale, il n'existe pas de canal de paiement autorisé aux USA par le biais duquel nous pourrions procéder aux remboursements : Full Tilt Poker n'a pas de comptabilité sur les millions de dollars de fonds des joueurs qui ont été saisis par le gouvernement : et le gouvernement n'a pas accepté de nous permettre de rendre les fonds saisis aux joueurs."

Cette déclaration suggère que, malgré une approbation claire du DOJ pour le remboursement aux joueurs Américains, Full Tilt, et possiblement PokerStars, vont peut-être mettre beaucoup de temps avant de le faire. PokerStars a déclaré dans un email aux joueurs tentant de retirer leur argent que « en réponse à cette mise à jour, l'option de Cashout dans le Cashier de PokerStars sera temporairement indisponible pour nous permettre de préparer les solutions techniques et de concevoir le plan et les processus requis pour nous autoriser à vous rendre le solde de votre compte."

Translation: Nous vous paierons quand nous le pourrons, mais nous ne savons pas du tout quand nous le pourrons.

Sur une page FAQ pour les joueurs US, PokerStars déclare, "les cashouts pour les résidents US seront disponibles dans quelques semaines."

Quelques semaines ?!

Installez vous, chauffez votre popcorn et préparez vous à attendre. Cette histoire est loin d'être finie.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up