weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Game Over

THE WEEKLY SHUFFLE, 2011-04-17, par Ozone, TwoGun

Vendredi restera à jamais un jour noir dans l'histoire du poker enligne. Le Ministère de la Justice US (DOJ) a émis des inculpations contre 11 personnes, y compris les fondateurs de trois des plus grandes salles de poker présentes sur le marché Américain : PokerStars, Full Tilt, et Absolute Poker/Ultimate Bet (AP/UB). Ils doivent répondre de chefs d'inculpation de fraude bancaire, blanchiment d'argent et délit de jeu d'argent illégal. Dans un communiqué de presse du DOJ, le procureur fédéral de Manhattan, Preet Bharara, a déclaré : « Comme indiqué dans l'accusation, les accusés ont élaboré une organisation criminelle de fraude, allant jusqu'à tromper des banques US et en soudoyer d'autres pour assurer le flux perpétuel des milliards de dollars de profit de leur jeu d'argent enligne illégal. De plus, comme nous le prétendons, dans leur zèle à contourner les lois sur le jeu d'argent, les accusés se sont aussi engagés dans une opération de blanchiment d'argent à grande échelle et des fraudes bancaires. Les sociétés étrangères qui choisissent d'opérer aux Etats-Unis ne sont pas libres de choisir les lois qu'ils ne veulent pas respecter simplement parce qu'ils ne peuvent pas accepter de voir leurs profits diminués. »

Top 3 Online Poker Bonuses


De plus, 75 comptes bancaires utilisés par des sociétés de poker et cinq noms de domaine ont été saisis, y compris PokerStars.com et FullTiltPoker.com. Ces sites affichent encore une lettre d'avertissement du FBI récapitulant les accusations portées contre les membres de ces sociétés. L'accusation et la partie civile cherchent à récupérer au moins $3 milliards en amendes pour blanchiment d'argent. Le DOJ travaille avec les pays étrangers et Interpol pour arrêter les accusés qui habitent en dehors des Etats-Unis.

La nouvelle a immédiatement provoqué une onde de choc dans la communauté du poker. En seulement quelques heures, PokerStars n'autorisait plus les clients Américains. Full Tilt a pris le train en marche bien plus tard, dans la soirée du vendredi. Au moment de la rédaction de cet article, AP/UB autorisaient encore les clients Américains à participer à leurs jeux en argent réel ce qui a amené le pro du poker Tom Dwan a commenté sur Twitter, "Ub continue apparemment à accepter des joueurs. Grosse saisie d'argent, bonne chance si vous avez des $$ là dedans, je rachèterais même pas à 40c par dollar ».

Les clients des salles de poker touchées par ces accusations font maintenant face à l'angoisse de savoir s'ils vont pouvoir récupérer les fonds bloqués sur leur compte. Certains joueurs à haute mises ont déclaré que PokerStars les avait appelés pour les réassurer sur le fait que leurs fonds sont en sécurité. Le consensus chez les joueurs semble indiquer que l'argent sur Full Tilt est aussi en sécurité, même s'il faudra peut-être plusieurs mois avant que les cashouts puissent être effectués. Comme l'indique le commentaire de Dwan, AP/UB laisse beaucoup moins d'espoir de revoir l'argent, à cause notamment de l'histoire assez sombre de la compagnie et du fait que sa présence à l'international est bien moindre que celle de PokerStars ou de Full Tilt.

Pour l'instant, les Américains ne peuvent plus accéder au poker enligne. Tant que les procédures légales sont en cours contre les trois compagnies et certains des processeurs de paiements qui leur sont associés, les Américains n'ont plus que quelques sites, plus petits et moins recommandables que ceux visés par le DOJ. Certains joueurs migreront sûrement vers ces sites, alors que d'autres seront, et on les comprend, effrayait de jouer au poker enligne aux USA jusqu'à ce qu'une législation soit passée pour le légaliser. Il est encore trop tôt pour savoir quel sera l'impact de ce vendredi noir sur les joueurs de poker enligne des USA sur le long terme.

Le monde du poker est en proie au chaos et à la confusion pour l'instant. Les joueurs attendent de voir quelles seront les conséquences à leur niveau de ce vendredi noir. Afin de tenter de dissiper un peu cette confusion, nous allons répondre à quelques questions fréquemment posées ces derniers temps. Comprenez bien que ces réponses ne sont que notre point de vue en tant que non-expert, et doivent plus être considérées comme des conseils que comme une vérité absolue :

Full Tilt/PokerStars ont déjà cessé de servir les joueurs US. Cela ne veut il pas dire qu'ils sont sortis d'affaire ?

Absolument pas. Pour le gouvernement, c'est un peu comme si un braqueur de banque disait : « Bon maintenant j'arrête, donc vous me laissez tranquille, pas vrai ? ». PokerStars/Full Tilt (et AP/UB) ne seront pas sortis d'affaire jusqu'à ce qu'un accord soit passé avec le DOJ ou que le DOJ poursuive, condamne et que certaines personnes aillent en prison. Ce qui s'est passé ce weekend n'est que le début. Selon nous, les choses vont encore empirer pour PokerStars et Full Tilt avant qu'ils ne commencent à récupérer. Ces personnes ont soudoyé des banques financièrement impliquées aux USA pour les amener à traiter des transactions illégales en leur nom. Il est très peu probable que ces firmes puissent recommencer à opérer sur le marché US de si tôt, pour peu qu'elles le puissent un jour.

Je suis aux USA et j'ai de l'argent sur une de ces salles de poker. Quand est ce que j'aurai mon argent ?

Qui peut le dire ? Des mois, peut-être des années, ou même jamais. Personne ne sait et la situation pourrait être différente pour chacune des salles en fonction des mesures qu'elles ont prises. La seule chose qui semble sûre est qu'il n'y a rien à faire à part attendre, et faire un cashout dès que vous en aurez la possibilité.

Je ne suis pas aux USA et j'ai de l'argent sur ces salles. Mon argent est il en sécurité ? Devrais-je continuer à jouer ?

Cette question est sujette à débat, et personne ne peut vraiment y répondre. Notre opinion (et cela n'est qu'une opinion) est que les joueurs ne devraient pas prendre de risque en quittant ces salles de poker et en retirant leur argent aussi rapidement que possible s'ils le peuvent encore. Les problèmes ne font que commencer, et la probabilité existe de voir ces salles finir en banqueroute en essayant d'affronter le DOJ. Les joueurs sont dans une situation où ils vont devoir attendre des mois (ou des années) avant de récupérer leur argent. PokerStars et Full Tilt ne pourront probablement pas payer une amende de $3 milliards, continuer à faire du business de manière profitable, et payer tout le monde. Selon nous, c'est tout simplement impossible.

Continuer à jouer sur ces sites demande de placer beaucoup de confiance sur des gens qui, soyons francs, ne le méritent pas vraiment. PokerStars et Full Tilt prétendent que votre argent est gardé dans un compte séparé. Y a-t-il suffisamment d'argent pour couvrir tous les retraits de tous les joueurs ? Quand est ce que ce compte a été audité ? Ces gars pensaient agir dans la légalité et qu'ils n'auraient pas de problèmes avec les USA. Cela s'est avéré naïf. Qu'est ce qui peut vous faire croire que leur connaissance du système bancaire international n'est pas basé sur la même approche naïve ? Ils ont trompé beaucoup des joueurs US en leur faisant croire que leurs opérations aux USA étaient complètement stables, qui peut dire s'ils ne sont pas en train de vous tromper sur le fait qu'ils peuvent encore éviter la pression du DOJ ? Même s'il y a clairement une chance de voir survivre PokerStars et Full Tilt, et de les voir continuer à opérer sur les marchés non Américains, notre opinion est que, pour le moment : pourquoi risquer de leur faire confiance en leur confiant votre argent ?

Il existe plein de salles de poker enligne qui n'acceptent pas les joueurs Américains depuis l'UIGEA, et qui ont donc un risque 0 de voir leurs opérations interrompues. Pour le moment, il n'y a que très peu de raisons valides de jouer sur PokerStars ou Full Tilt. Votre argent, selon nous, serait bien plus en sécurité dans les mains d'une compagnie cotée en bourse comme Party Poker ou 888 Poker dont les futurs en tant qu'opérateur de poker enligne ne portent pas à inquiétude.

Une fois que cette affaire sera terminée, c'est-à-dire quand le DOJ en aura terminé avec les sites de poker et que les amendes et les emprisonnements seront payés et purgés, alors il sera probablement sûr de rejouer sur ces sites. Mais ce ne sera pas avant des mois ou des années, et ces salles peuvent ne jamais survivre à ces épreuves.

Cette situation n'est elle pas similaire à celle de Neteller ? Les fondateurs de Neteller ont été arrêtés soudainement, Neteller a cessé ses opérations avec les résidents des USA, il a fallu 6 mois aux résidents des USA pour récupérer leur argent, Neteller a payé une amende, mais leurs opérations hors US n'ont pas été touchées. Quelles sont les différences entre l'affaire Neteller et l'affaire PokerStars/Full Tilt?

Une conclusion à la Neteller est probablement le meilleur scénario possible pour ces sites et les joueurs de poker avec de l'argent sur ces sites. Cependant, c'est loin d'être le seul scénario possible. Tout d'abords, Neteller a rapidement craqué et a passé un accord avec le DOJ (et a aussi fait plaider coupable ses fondateurs), afin de pouvoir rapidement passer un accord. Cela semble assez peu probable dans cette affaire. Full Tilt a déjà déclaré que a.) ils pensent que le poker enligne est légal et b.) ils vont chercher à être dédommagés. Il semble impossible que ces gens soient si naïfs qu'ils pensent pouvoir battre le DOJ sur des accusations de fraude bancaire et de blanchiment d'argent. C'est très improbable. Le DOJ a probablement bâti son affaire sur plusieurs années d'investigation et n'émettrait pas une inculpation s'il pensait perdre cette affaire.

Deuxièmement, selon nous, des non-experts, le dossier du DOJ sur ces sites est plus costaud que celui monté alors contre Neteller. Dans ce dernier cas, ils avaient utilisé le Wire Act, une loi que beaucoup de personnes considéraient comme vieillissantes et potentiellement battable dans une cour de justice. Le dossier du DOJ contre ces trois sites ne fait pas appel au Wire Act, mais s'en remet à l'UIGEA (que le DOJ n'avait pas utilisé contre Neteller même s'il était déjà en vigueur depuis quelques mois au moment de l'arrestation) ainsi que sur des délits de fraudes bancaires.

Ce n'est pas seulement une affaire de jeu d'argent illégal. Les accusations de fraude bancaire et de blanchiment d'argent sont très très sérieuses.

Non seulement l'UIGEA est spécifique au jeu d'argent sur internet (contrairement au Wire Act), mais en plus il a créé un environnement forçant ces compagnies à se placer dans une situation de commettre des fraudes bancaires. La seule manière de pouvoir encaisser les dépôts de joueurs Américains était de faire croire aux banques que les transactions n'étaient pas associées à des vendeurs de jeu d'argent enligne (ce que le DOJ détaille de manière assez précise). En comparaison, Neteller ne dissimulait pas ses transactions ; tout était clair et limpide.

De plus, l'affaire de Neteller a souvent fait référence à une accusation de complot : à savoir qu'ils sont aidé et encouragé le jeu d'argent enligne. Là encore pour comparer : les trois sites organisent le jeu d'argent enligne directement.

Pour finir, le DOJ a construit son dossier pendant plusieurs années, et a maintenant clairement l'intention de s'en servir. Neteller ne faisait pas de pub sur la TV nationale US, en se comportant comme les maîtres du monde. C'est par contre ce qu'on fait PokerStars et Full Tilt. Les deux sites (ainsi que AP/UB) ont directement et de manière importante bénéficié du passage de l'UIGEA et de leur mépris flagrant pour les effets potentiels de cette loi. Ils ne s'en sortiront pas juste avec une tape sur le dos de la main.

Que va-t-il se passer dans les semaines à venir ?

C'est difficile à dire, et on ne sait pas s'il va y avoir des conséquences majeures. Comme les cessations d'activités se sont produites après les heures de travail régulières en Europe, il est probable que nous assistions à plus de réactions des sociétés basées en Europe. Party, 888, et les autres salles de poker non US vont probablement commencer à communiquer agressivement pour récupérer la part de marché Européenne de PokerStars/Full Tilt. Il est possible que les processeurs de paiement Européens (Neteller, Moneybookers, etc.) cesseront leurs activités avec PokerStars/Full Tilt/Absolute car ils ne veulent sûrement pas avoir à faire avec ces compagnies, même si ces firmes n'ont jamais traité de paiements pour des joueurs US dans le passé.

Quels sont les points positifs de cette débâcle, s'il y en a ?

Depuis le passage de l'UIGEA, les joueurs de poker aux USA se sont montrés très optimistes sur la prochaine légalisation fédérale du poker enligne. Pendant des années, nous avons toujours répété que cela n'est pas prêt d'arriver et jusqu'à maintenant nous avons eu raison. Mais après ce vendredi noir, nous changeons officiellement notre fusil d'épaule. Le climat pour les chances d'une légalisation du poker enligne aux USA s'est globalement réchauffé depuis l'an passé. Plusieurs projets de lois ont été proposés au niveau des états pour essayer de capitaliser sur les opportunités de revenus d'une législation du poker enligne. Une poussée en décembre dernier par le Sénateur Harry Reid pour légaliser le poker enligne au niveau fédéral a presque fonctionné. Le vendredi noir devrait servir d'impulsion pour qu'une fois pour toute, le poker enligne soit légalisé et que toute cette folie s'arrête. Les gens veulent jouer aux cartes sur internet.

Les joueurs de poker doivent être vraiment énervés maintenant. Le joueur de poker moyen ne devait pas se soucier plus que cela des problèmes avant, lorsque le poker était disponible quand il le voulait. Qui souhaitait réellement une législation plutôt qu'un statu quo ? Maintenant, un pourcentage important de la population US doit être légitimement énervé et fera entendre sa voix de manière plus forte pour une régulation du poker.

La régulation n'aurait probablement pas été couronnée de succès par le passé. Si vous êtes un Américain, pourquoi voudriez-vous jouer sur un site régularisé plus petit, qui demande plus d'efforts, alors que vous pouvez juste jouer sur PokerStars ou Full Tilt? La seule manière pour qu'une régularisation du poker enligne marche est que l'accès à PokerStars et Full Tilt soit coupé pour les Américains, et c'est ce qui s'est passé vendredi.

C'est un moment crucial. D'autres sites qui acceptent les joueurs US mais qui n'ont pas été touché par les actions du DOJ vont s'empresser de remplir le vide laissé dans le marché. Il est maintenant temps de régulariser le poker enligne avant que des sites comme Cake Poker remplacent tout simplement PokerStars et Full Tilt. Malheureusement, la législation n'arrive pas aussi rapidement que cela aux USA. Il est beaucoup plus probable qu'un site comme Cake Poker établisse une base de joueurs Américains importante avant qu'une législation ne soit votée. Mais aussi pénible que soit le vendredi noir pour le monde du poker enligne, cela s'avérera une bonne chose sur le long terme. Ce dénouement est assez difficile à supporter pour les joueurs Américains pour le moment, mais dans quelques années, nous verrons peut-être ce vendredi noir comme la dernière étincelle dont nous avions besoin pour un changement de la situation légal du poker enligne aux USA.

If you're interested in discussing and following up-to-the-minute developments on this matter, please join us in this thread on our poker forums.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up