weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



2010, Année de l'Espoir...

THE WEEKLY SHUFFLE, 2010-12-05, par Ozone

La semaine dernière, le monde du poker est entré en transe à la révélation que le Leader de la majorité du Sénat Américain, Harry Reid, tentait de légaliser le poker enligne aux USA. Cette news a éclaté lorsque Bloomberg a rapporté que trois députés Républicains accusaient les leaders du Sénat de comploter pour légaliser subrepticement certaines formes de jeu d'argent enligne. Les trois députés, Spencer Bachus, Dave Camp, et Lamar Smith, ont déclaré que le Sénat était en train d'essayer d'attacher des mesures pro poker enligne à un projet de loi « devant être voté à tout prix » avant que le 111ème Congrès ne termine sa session plus tard dans le mois. Les députés ont déclaré qu'une telle manoeuvre politique se faisait "sous le couvert du secret, à l'abri des regards, d'une manière non démocratique". Même s'ils ont tout à fait raison de le penser, le monde du poker a quand même failli s'étrangler cette semaine de sursauts de rire devant la nature hypocrite de l'inquiétude de ces députés. La tactique "sous le couvert du secret, à l'abri des regards, d'une manière non démocratique" qu'ils dénoncent et justement celle qui a permis à leur ancien collègue Bill Frist de passer l'Unlawful Internet Gaming Enforcement Act (UIGEA) en 2006.

Top 3 Online Poker Bonuses


Donc pour l'instant, le monde du poker a le cul entre deux chaises : est-ce qu'Harry Reid va légaliser le poker enligne aux USA en utilisant la même tactique que l'ancien Sénateur Bill Frist a utilisé pour renvoyer le poker à la préhistoire du jeu il y a de ça quatre ans ? La réponse, en bref, est : non. Selon toutes probabilités, une fois que l'eau aura coulé sous les ponts de cette histoire, on se souviendra de cette anecdote comme l'une des nombreuses occasions qui a rendu le monde du poker collectivement optimiste sur le futur légal du poker aux USA, mais que tout le monde a fini par être déçu. C'est, toutefois, probablement la meilleure opportunité qui s'est présentée pour la légalisation totale du poker aux USA depuis le passage de l'UIGEA quatre ans auparavant.

Le parcours pour qu'un projet de loi soit voté aux USA est simplement trop compliqué pour qu'un sujet aussi controversé que le poker enligne surmonte toutes les embuches. Les mesures proposées ces dernières années par Barney Frank en sont la démonstration. La plus prometteuse d'entre elles n'a même jamais atteint le stade du vote par la Chambre des Représentants. De fait, si le poker devait être légalisé, taxé et réglementé aux USA dans un futur proche, ce serait précisément grâce à un coup de chance imprévu comme le fait qu'Harry Reid tentait de l'associer à un autre projet de loi avant qu'un député approchant d'une période électorale se mette à la ramener.

Les motivations derrière le coup de force pro-poker enligne d'Harry Reid sont simples: comme le Wall Street Journal le faisait remarquer, les sociétés de casino du Nevada étaient parmi les plus généreux donateurs lors de sa réélection au cordeau contre Sharron Angle, il y a tout juste un mois. Le projet de loi de Reid contenait même soit disant une clause qui permettrait seulement aux casinos existant d'opérer une salle de poker enligne aux USA. Les autres compagnies devraient attendre deux ans avant de pouvoir légalement entrer sur le marché. Le projet de loi entrainerait la création de revenus par le biais des taxes, à la fois pour le gouvernement fédéral et le gouvernement d'état, tout en laissant la tâche de gestion dans les mains du gouvernement d'état.

Le groupe de casino MGM a vu la valeur de son action montait de 5% cette semaine. Aucun doute, une partie de cette flambée est due à l'anticipation de la possible entrée sur le marché su poker enligne.

Si ce projet de loi finissait par être voté, ce serait clairement une très bonne nouvelle pour le poker enligne. Cela déclencherait probablement quelque chose proche du Boom du Poker 2.0 aux USA, grâce à l'augmentation de la publicité et de la visibilité du poker, associé à une réduction des inquiétudes quant à la légalité ou l'intégrité des compagnies de poker enligne officiant sur le sol Américain. De plus, on peut penser que Caesars Entertainment (précédemment nommé Harrah's) pourrait à nouveau accepter les inscriptions directes pour les WSOP depuis des salles de poker enligne. A l'époque où ils pouvaient le faire, le Main Event WSOP avait attiré 8,773 entrants. L'année suivante, le passage de l'UIGEA avait réduit ce nombre à 6,358.

Mais la triste réalité pour le poker est que ce projet de loi ne passera probablement pas. Et avec la vague de nouveaux Républicains arrivant à Washington lors de la prochaine session législative, c'est probablement la dernière chance pour le poker de devenir légal aux USA, avant quelques années. Malgré cela, le monde du poker devait apprécier cette dernière tentative de passe en forme d'Ave Maria à la 11ème heure du 111ème Congrès. Ne vous attendez par contre pas à ce qu'il y ait un receveur dans la zone pour le touchdown.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up