weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Les "November Nine" Classés Du Meilleur Au Pire Pour Le Monde Du Poker

THE WEEKLY SHUFFLE, 2009-11-01, par Ozone

Le Main Event WSOP va finalement reprendre samedi après une pause de quatre mois. Ces quatre mois ont donné aux fans du poker l'opportunité de savoir qui sont les joueurs et qu'est ce qu'apporterait, en bien, en mal ou en indifférence au monde du poker la victoire de l'un ou de l'autre. Dans cet article, nous avons classé les neufs joueurs de meilleur au pire en fonction de ce que leur victoire servirait le monde du poker:

Top 3 Online Poker Bonuses


#1: Darvin Moon (30.2% des jetons en jeu)

Si vous ne savez rien sur ce joueur de 45ans chip leader du Main Event, lisez ce qu'en dit le Washington Times. Moon a toutes les caractéristiques appréciables de "l'average Joe" qu'avaient Chris Moneymaker, mais en plus prononcées. Il n'a jamais joué au poker enligne. Il n'a pas d'adresse email. Il n'avait jamais pris l'avion avant son voyage à Vegas pour les WSOP cette année. Et, mieux, il a une approche complètement humble sur sa période de chance et les bonnes cartes qu'il a reçu pendant son ascension jusqu'à la table finale. Une victoire de Darvin Moon pourrait provoquer un mini effet Moneymaker, spécialement si le scenario de rêve « Moon bat Phil Ivey en heads-up final pour le titre de Champion du Monde » devient réalité.

#2: Phil Ivey (5%)

Tous les regards seront braqués sur Phil Ivey au moment de la reprise du jeu ce samedi. Il est maintenant sans aucune contestation le joueur de poker le plus important du monde. Son visage apparaît sur la couverture de tous les magazines ESPN. Une victoire d'Ivey dans le Main Event propulserait le poker au rang de sport important comme jamais dans son histoire. Il n'y a presque rien de négatif chez Ivey. Comme si être le meilleur joueur du monde n'était pas suffisant, Ivey dégage une aura qui fait que les gens s'arrêtent pour le regarder quand il entre dans la salle. La Balleritude se mesure en % de Phil Ivey. Une victoire dans le Main Event propagerait le statut de divinité d'Ivey dans des franges de la société encore non exposées, et ce serait très bon pour le monde du poker.

#3: Joe Cada (6.8%)

A peine agé de 21 ans, Joe Cada pourrait être un très bon ambassadeur du poker. Une victoire en ferait le plus jeune joueur à remporter le Main Event. Généralement, l'idée d'un jeune gars gagnant le Main Event n'est pas idéale pour le poker, mais dans le cas de Cada, ça pourrait être le contraire. Il semble afficher un sourire constant qui pourrait faire monter sa côte de popularité. De plus, il a beaucoup de charisme, il nous a dit dans une interview que « n'importe quel autre résultat qu'une victoire serait pour un lui une déception ». N'avoir seulement que 6.8% des jetons en jeu dicteraient à beaucoup d'abandonner ce genre d'idées, mais Cada, lui, est prêt à tout tenter. Cada est comme Peter Eastgate avec plus de personnalité.

#4: Jeff Shulman (10%)

Shulman, le président de Card Player Magazine, est vraiment le juste milieu de cette table finale en terme de ce qu'apporterait en bien ou en mal sa victoire. Etant le seul joueur, à part Ivey, à avoir un peu de notoriété avant ce tournoi, Shulman est un bon choix sur le papier mais reste très fade pour la television. Il a déjà été à la table finale en 2000 et a terminé 7ème.

Il y a deux choses qui peuvent rendre la victoire de Shulman positive pour le poker. Tout d'abord, son père Barry a remporté le Main Event WSOP Europe le mois dernier. Un duo père-fils régnant en champions sur les Main Event WSOP serait, je suppose, une belle histoire. Ensuite, Shulman s'est assuré les services de Phil Hellmuth pour le coacher avant la table finale. Aimer le ou non, mais Hellmuth est très bon pour le monde du poker. Il est tout ce que Shulman n'est pas ; un vantard fanfaron qui provoque une excitation à propos du jeu. En tant que coach de Shulman, il va sûrement réussir à prendre pour lui une part de l'attention médiatique de la table finale.

#5: James Akenhead (3.5%)

Cet Anglais très discret a deux ou trois choses pour lui si on considère ce que signifierait un Champion du Monde du nom d'Akenhead pour le monde du poker. Le plus important, c'est qu'il est Anglais. Il n'y a jamais eu de champion Anglais. Une victoire d'Akenhead lancerait sûrement un buzz en Angleterre. Le plus le poker a de couverture médiatique, le mieux se sera. Aussi, Akenhead arrive à la table finale comme le short stack. Ainsi, personne ne pense sérieusement à lui. Arriver à passer de 305 à 100% des jetons serait une assez belle histoire.

#6: Steven Begleiter (15.3%)

L'ancien responsable stratégique de Bear Stearns n'a pas une cote de popularité particulièrement élevée, mais au moins il a une personnalité. Begleiter est souvent passé pendant la diffusion du jeu sur ESPN, et franchement, il apparaît comme un connard. Lorsqu'il passe un suck out horrible sur un autre joueur, il saute de joie sans retenue. Ses fans chantent son nom odieusement quand il gagne un pot. Ajoutez à ça le fait qu'il a joué un rôle actif dans la faillite de Bear Stearns, qui a couté à beaucoup toutes les économies de leur vie, et Begleiter est ce qui ressemblera le plus à un super méchant de comics à une table finale.

#7: Antoine Saout (4.9%)

La seule chose à mettre au crédit de Saout est qu'il est Français. Il s'agit des World Series of Poker, donc on peut considérer que des victoires venant de plusieurs pays different aient du bon. A part cela, une victoire de Saout n'apporterait rien d'exceptionnel. Au moins, Peter Eastgate était très jeune et jouait incroyablement bien. Saout n'est pas aussi jeune et ne semble pas jouer particulièrement bien non plus.

#8: Kevin Schaffel (6.4%)

Au moment où cet article est publié, la diffusion des WSOP par ESPN a montré le jeu jusqu'à arriver au 18 derniers joueurs (ils passeront le jeu jusqu'à la table finale mardi prochain). Et jusqu'à maintenant, Schaffel a reçu un temps d'antenne virtuellement nul. C'est parce qu'il est chiant. A 51ans, il est le doyen de la table finale. Son histoire est assez générique: une femme, des enfants, c'est un joueur amateur qui a tenté sa chance. C'est tout...La seule chose à mettre au crédit de Schaffel est que, s'il gagne, au moins il se comportera d'une manière qui en fera un bon ambassadeur du poker.

#9: Eric Buchman (17.9%)

Eric Buchman est bien placé pour gâcher la table finale. Il est tranquillement positionné à la 2ème place en jetons et certains, notamment l'auteur, pensent qu'il devrait être considéré comme le favori pour gagner ce tournoi. Il n'a peut être par un tapis monstrueux, mais avec plus de $1,000,000 en gains de carrière en tournois, il a beaucoup d'expérience. Le problème est qu'il n'y a rien de très appréciable chez lui. Il n'est pas particulièrement beau et n'a pas non plus le sens de la formule. Il n'est pas tout jeune, mais n'est pas vieux non plus. C'est juste un joueur de poker trentenaire classique qui pourrait créer le souvenir d'être le mec qui a gagné « l'année où Ivey était là » et pas « l'année où Buchman a gagné. »

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up