weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Tout Sur Le Financement

THE WEEKLY SHUFFLE, 2009-01-25, par Ozone

Ce n'est pas un secret qu'un très grand nombre de joueurs de poker sont financés (stacked), ou "soutenu" (backed) par d'autres joueurs avec une bankroll importante. C'est spécialement vrai pour les tournois live majeurs, où le capital nécessaire pour participer est très élevé à cause des buy-ins élevés et de la brutalité de la variance. Sur la scène des tournois live, les joueurs peuvent passer des années à perdre avant que leurs pertes soient compensées par un gain de sept chiffres.

Top 3 Online Poker Bonuses


Le financement est moins commun dans le monde du cash game, à part aux très hautes mises. Les joueurs ne sont généralement pas financés tout du long dans leurs parties ; ce qui est plus commun, c'est de vendre une partie de son action à d'autres joueurs. Par exemple, un joueur peut acheter 20% de l'action d'un autre joueur dans un gros cash game, ce qui veut dire que ce joueur devra payer 20% des pertes ou collecter 20% des gains. Bien sûr, il faut pouvoir faire confiance au joueur que vous financez, puisqu'ils sont en position de force (par exemple, vendre 120% de leur action et ensuite perdre volontairement).

Le financement est incroyablement commun dans le poker. Sans ça, il y aurait beaucoup moins d'action dans le jeu, un peu comme dans le monde des affaires où il y aurait moins de dévidement s'il n'y avait pas la possibilité de prendre des crédits. Petite anecdote personnelle : il y a deux ans au WSOP Main Event, un joueur qui me finançaient avait 50% de mon action et seulement 27% de la sienne. Nous avions trouvé plutôt ironique qu'il aurait en fait bénéficié plus de ma victoire que de la sienne. Ce type de scénarios est assez fréquent dans le poker à cause des ces arrangements sur le financement.

Comment financer quelqu'un

Presque tous les arrangements de financements à long terme implique ce que l'on appelle un "make-up". Cela signifie que les pertes du joueur financé sont reconduites, ou doivent être "made-up" (comblées) avant qu'il puisse collecter un quelconque profit. Supposons qu'un joueur est financé pour deux tournois à $10,000 buy-in. Il perd dans l'un et gagne $20,000 dans l'autre. Avec le make-up, le joueur est simplement rentré dans ses frais, et ne collectera rien. Sans le make-up, le joueur recevrait $5,000 (la moitié des profits du tournoi où il a gagné) laissant le financeur en perte de $5,000 malgré le fait que son joueur ait gagné de quoi rentrer dans ses frais. Comme vous pouvez le voir, le make-up est une composante impérative de chaque arrangement de financement.

La plupart des deals de financement disent clairement que le joueur ne peut casser l'arrangement que de trois façons différentes: a.) si le deal n'est pas clair (voir dessus) b.) si le financeur met fin à la relation, ou c.) si le joueur rembourse le financeur de toutes ses pertes. Cela protège le financeur contre l'éventualité où le joueur le laisserait avec une perte mais recevrait un héritage ou quelque chose du genre. Donc si le joueur est en perte de $50,000 et reçoit $1M d'héritage de sa grand mère, il devra payer $50,000 au financeur afin d'être libre de pouvoir jouer pour son propre compte.

Bax et Sheets: les Rois du Monde Du Financement

Deux joueurs réputés pour financer d'autres joueurs sont Cliff "johnnybax" Josephy et Eric "sheets" Haber. Bax et sheets dirigent effectivement une société de financement. En général, ils financent la carrière de poker de 30 à 100 dégénérés fauchés. De ce que j'ai pu en voir, ils serrent pas mal la vis. Dans les tournois live, les joueurs doivent impérativement appeler et laisser un message pour donner leur nombre de jetons à chaque pause. Cet impératif est surement là pour éviter de se faire arnaquer pour plusieurs milliers de dollars par des joueurs avec qui ils n'ont pas une relation personnelle très suivie.

Financer les joueurs est devenu un vrai job à temps plein pour ces deux joueurs qui ont acquis leur fortune dans leur carrière dans le monde de la finance. N'importe quel soir de la semaine, ils peuvent avoir $100,000 en jeu par le biais de leurs "poulains" dans des tournois enligne. Les dimanches, ce chiffre pourrait bien être aux alentours de $250,000. Dans les tournois live, particulièrement durant les WSOP, ils sont en position de subir une fluctuation d'un million de dollars sur la période des series.

Cet empire de financement a fait naître un nouveau mot dans le monde du poker: quand ils parlent entre eux de leurs financeurs, les poulains de ce duo disent simplement qu'ils sont "baxxed".

D'autres joueurs connus pour financer les carrières de leurs pairs sont: Phil Ivey, Erick Lindgren, Haralabos Voulgaris, Steve-Paul Ambrose et Mike McDonald (partenariat commercial), et James "mig.com" Mackey.

Gains Importants Et Financement

Les joueurs remportant un gain important à sept chiffres sous le financement d'un "backer" est un fait incroyablement répandu. Il est possible que la moitié des vainqueurs sur le WPT soient financés par un autre joueur. Voici quelques exemples de gains très importants pour lesquels ce fut le cas :

- Jimmy "gobboboy" Fricke: 2nde place dans le 2007 Aussie Millions pour $800,000 (a vendu 70% de son action à un conglomérat de joueurs)
- Tuan Le: victoire dans le WPT Championship pour $2.8 millions (financé par le 3eme du même tournoi, Hasan Habib; une controverse est née sur le fait qu'ils aient joué faiblement quand ils étaient confronté l'un à l'autre)
- Ivan Demidov : 2nde place dans le 2008 WSOP Main Event pour $5.8 millions (financé par le riche Russe qui entretient une grande écurie de joueurs de poker)
- David Chiu : victoire l'an dernier dans le WPT Championship pour $3.3 millions (financé par Daniel Negreanu)
- Carter "ckingusc" King : victoire pour $1.7 million dans le WCOOP Main Event de l'an dernier (« baxxed »)

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up