weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



La Bulle De Vegas

THE WEEKLY SHUFFLE, 2008-11-09, par Ozone, TwoGun

La semaine dernière, La Las Vegas Sands Corporation (NYSE: LVS) a vu son action dégringoler de 50% sur le New York Stock Exchange après que des investisseurs aient entendu qu'ils devraient se débarrasser de plusieurs prêts si ils n'étaient pas capables de dégager un capital suffisant. Il y a seulement trois ans, la compagnie lançait la construction de son complexe hôtelier le "Palazzo" d'une valeur de $1.8 milliard, l'un des nombreux casinos de luxe qui devaient sortir du sol de la Strip dans la décennie à venir.

Top 3 Online Poker Bonuses


L'année dernière, les mauvaises nouvelles ont été monnaie courante dans l'industrie des casinos de Vegas. Les géants cotés en bourse LVS et MGM ont perdu environ 90% de leur valeur sur les 12 derniers mois. Mais l'hémorragie n'est peut-être pas terminée. Avec une crise économique globale qui ne commence que maintenant à avoir un impact sur l'industrie du tourisme, les casinos vont au devant de grosses difficultés pour dégager un profit lors de l'année 2009. Comment une compagnie comme LVS, qui valait plus de $50 milliards l'année dernière, peut maintenant être au bord de la banqueroute ? Bonne question !

Les Booms de Vegas

L'explosion de Vegas, tant en taille qu'en popularité, s'est grandement faite en parallèle du boom du poker. En fait, elle a partiellement été alimentée par le boom du poker. Grâce à l'apparition du poker à la TV, de plus en plus de gens ont commencé à voir Vegas comme un moyen d'accomplir leur rêve de devenir instantanément un millionnaire. En plus, des campagnes de pubs comme « Ce qui se passe à Vegas reste à Vegas » ("What Happens in Vegas Stays in Vegas") ont aidé à attirer des millions de jeunes célibataires dans le désert du Nevada pour un weekend de débauche. Et comme Vegas se transformait passant d'un simple paradis de joueurs à une ville pour adultes faite de clubs, de magasins et de golfs, les opérateurs de casinos ont érigé en des temps records des complexes hôteliers de plusieurs milliards pour répondre à cette demande.

Quand LVS a ouvert le Venetian ($1.5 milliard) en 1999, une tendance s'est établie qui a conduit Vegas à s'éloigner de son essence familiale et accueillante (créée en partie grâce à des complexes comme Treasure Island et Luxor) et est entrée dans un monde d'excès et de raffinements. Peu après l'arrivée du Venetian ce fut le tour du Palms ($600 millions) qui a encore fait monter d'un cran la prétention de Vegas avec ses privilèges « VIP » et ses night-clubs très sélects. N'étant pas homme à se faire battre sur le terrain de la prétention, Steve Wynn a commencé en 2002 la construction d'un casino de $2.7 milliards à qui il a donné son propre nom. L'un des plus gros attrait du Wynn est sa concession Ferrari intégrale, à des millions de kms du carrousel qui incitait les gens à pousser les portes du Circus Circus dans les années 70s.

Dans toute cette expansion, ce sont les actions des casinos qui ont explosé. Le titre de MGM a presque quadruplé en à peine trois ans. Harrah's Entertainment a fait son entrée en bourse l'an dernier avec un titre qui valait $90, une importante augmentation par rapport à sa valeur de $60 juste 16 mois auparavant. LVS est passé de $33 à $139 en seulement deux ans. Mais d'autres ont raté le train de peu, comme Boyd Gaming. Ils ont commencé l'an dernier la construction de l'Echelon Place, un complexe de $4 milliards. Avant de commencer la construction d'Echelon, quelqu'un de chez Boyd Gaming aurait mieux fait de se demander « Combien d'argent les gens peuvent ils vraiment dépenser dans cette ville ? ». Le projet est maintenant une abomination sur le coté de Nord de la Strip, la construction ayant été arrêtée en Aout dernier quand ils ont réalisé que le bulle de Vegas était sur le point d'imploser.

Les Implosions de Vegas

Quand le marché immobilier Américain s'est effondré, Vegas a été frappée très durement. Les villes bâties sur une expansion récente et agressive furent les plus surévaluées lors de la bulle immobilière. Quand cette bulle a implosé, le marché de Vegas a perdu 33% de sa valeur. Ce plongeon ne fut égalé seulement que par Miami et Phoenix. Les copropriétés somptueuses qui furent construites durant l'apogée du boom de Vegas sont maintenant inoccupées à cause du ralentissement économique global.

Au début, les gens pensaient que Vegas ne seraient pas touchée trop durement par le ralentissement économique. Les gens ont pensé que l'industrie du jeu était à l'abri des récessions. Leur raisonnement est le suivant : « si les gens ont moins d'argent, ils essaieront d'en gagner plus au jeu » ou « les gens sont accros au jeu comme on l'est à la cigarette, et ils ne peuvent pas s'arrêter. » Ces deux idées se sont depuis avérées être totalement fausses.

D'autres ont espéré qu'une baisse dans le marché US serait compensée par une hausse dans le marché international. La baisse du dollar rendant encore plus abordables les séjours à Vegas pour les Européens et les Asiatiques, espéraient ils, puisque ces parties du monde n'avaient pas été directement touchées par l'implosion de la bulle immobilière. Encore une fois, ils se sont trompés.

Le Wynn Resorts et Le Las Vegas Sands furent exposés à la bulle de Vegas assez comiquement. Après avoir constaté le succès du Wynn, Steve Wynn a commencé la construction d'une seconde tour hôtel nommé Encore, un investissement de $2.1 milliards. Contrairement à la débâcle Echelon de Boyd, la construction de l'Encore était de trop avancer pour en arrêter le chantier. L'Encore ouvrira ses portes en février et ne fera surement pas honneur à son nom. Dans le même style, LVS a fait de son Venetian le plus grand hôtel du monde en ajoutant 3,068 chambres sous la forme d'une nouvelle tour nommée Palazzo qui a ouvert ses portes en début d'année. LVS saurait surement quoi faire du $1.8 milliard que la construction du Palazzo lui a couté, afin d'éviter la banqueroute.

Les bulles gonflent et explosent. Que ce soit pour les tulipes, pour les compagnies en .com, ou pour les complexes de jeu d'argent, l'explosion finit toujours par arriver brutalement et douloureusement. Kirk Kerkorian, le fondateur du MGM, âgé de 91 ans, a le mérite de l'humour quand il a dit, constatant que la valeur nette de sa compagnie était passée de $20 milliards à $2 milliards en une seule année : « Je crois que j'ai vécu une année de trop. »

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up