weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Les Tendances Des Salles De Poker Enligne

THE WEEKLY SHUFFLE, 2008-09-07, par Ozone

Les salles de poker enligne, comme tous les autres business, ont leurs hauts et leurs bas. Quand l'Unlawful Internet Gambling Enforcement Act (UIGEA) a été voté au Etats-Unis en octobre 2006, et il a entrainé des changements capitaux dans l'industrie du poker enligne. Avant l'UIGEA, Party Poker avait une avance certaine en tant que plus grande salle de poker enligne. Presque deux ans après, Party Poker n'est maintenant plus que la quatrième plus grande salle de poker enligne, PokerStars étant maintenant environ quatre fois plus grande que le leader de l'industrie deux ans auparavant.

Top 3 Online Poker Bonuses


L'UIGEA a divisé les fournisseurs de services du poker enligne en deux groupes: ceux qui continuent à servir les clients Américains et ceux qui ne le font plus. La plus importante raison qui a fait que Party Poker ait perdu une si importante part du marché est leur retrait du marché Américain. Puisque Party Poker est dirigé par PartyGaming, une compagnie cotée en bourse au London Stock Exchange, les officiels de la compagnie ne pouvaient plus envisage de servir les clients Américains de peur que leurs actionnaires en danger légal. A l'annonce du retrait de la compagnie du marché Américain, les actions de PartyGaming ont chuté de 58%. Et ce n'était clairement pas encore le fond du gouffre pour PartyGaming. Leurs actions ont ensuite chute de 48% pendant les deux années passées.

Un coup d'oeil rapide sur les anciens chiffres du tournoi du dimanche de Party Poker résume tout. Juste avant l'UIGEA, ils organisaient un tournoi garanti à un million de dollar tous les dimanche. L'année dernière, ce tournoi a été réduit jusqu'à une garantie de $350k. Le tournoi a encore été réduit cette année pour descendre à $300k. La dernière édition de ce tournoi n'a pas pu évité un recouvrement en manquant d'attirer 35 joueurs supplémentaire.

Tous les opérateurs qui se sont retirés du marché Américain n'ont pas sombrés dans la misère à la perte de leurs clients Américains. Le réseau iPoker, donc la plus grande branche est Titan Poker, ont capitalisé de manière impressionnante sur le marché Européen. Il y a deux ans, il aurait été risible de penser que le tout petit iPoker pourrait un jour devenir plus grand que Party Poker. C'est maintenant une réalité. Après avoir joué à peu près à égalité avec Party Poker en tout début d'année, iPoker est désormais clairement plus grand d'environ 20%.

Les investisseurs de Playtech, une compagnie dont la principale propriété est le logiciel qu'il fournit aux opérateurs d'iPoker, a aussi souffert d'un vilain coup de 40% après le passage de l'UIGEA. Contrairement à Party Poker, cet événement a vraiment créé une bonne affaire. Dans les deux années qui ont suivies, le titre de Playtech a monté d'environ %245.

En gros, iPoker a botté les fesses de Party Poker dans l'après UIGEA. Un symbole de cela, le jour où cet article a été publié, iPoker a organisé un tournoi $1,500+$80 buy-in avec une prize pool garantie à $2,5 million. Une partie des raisons expliquant la capacité d'iPoker à être vite revenu sur Party Poker réside dans leur moindre exposition au marché U.S. C'est une évidence si on regarde la perte de valeur de leur titre après le passage de l'UIGEA. De plus, iPoker a été très agressif avec ses promotions contrairement à Party Poker. Le réseau iPoker bénéficie aussi du nombre de groupes qui lui font de la pub (il y a plus de 60 branches (skins) sur ce réseau). Il est certain que iPoker reste troisième loin derrière les deux géants présents sur le marché Américain (PokerStars et Full Tilt Poker). Mais ils ont réussi à s'établir comme le leader évident des sites non Américains.

Une tendance inquiétante est apparue dans les sites non Américains ces six derniers mois. Le nombre moyen de joueurs en argent réel est régulièrement sur le déclin. Certains endroits, comme iPoker et le réseau Boss Media (PokerKings) n'ont baissé que de 10%. Ce n'est rien comparé à Party Poker et le réseau Ongame (Mansion Poker) qui ont chacun baissé de 28% et 33% respectivement.

Plusieurs facteurs ont pu causer ce déclin global dans le marché. Certaines de ces baisses de fréquentation peuvent être attribuées au retrait naturel du poker enligne en période de vacances d'été quand les gens préfèrent profiter du soleil. Un autre facteur pourrait être l'économie Européene qui est sur le point d'entrer en récession. Cependant, l'explication la plus logique serait une perte de marché au profit des deux salles géantes US.

Dans les six derniers mois, PokerStars et Full Tilt Poker ont toutes deux vu une augmentation marginale de leur activité de joueur. Chacune d'entre elle ont communiqué agressivement en direction des joueurs Européens en utilisant les meilleurs joueurs Européens comme sponsors de leur salle de poker. PokerStars a aussi reçu beaucoup d'exposition en Europe pour avoir organisé des satellites pour l'European Poker Tour, qui est devenu incroyablement populaire.

Il sera intéressant de surveiller si les sites non US peuvent tenir le rythme imposé par PokerStars et Full Tilt. La force naturelle du marché tend à ne pouvoir contenir qu'une poignée de très grands sites de poker. PokerStars et Full Tilt ont clairement fait un pas en avant pour prendre ces places dans le marché. Afin que des sites comme Party Poker, le réseau Ongame, et Everest Poker évitent de disparaître petit à petit, ils seraient sages qu'ils prennent exemple sur le réseau iPoker : des promotions fortes et agressives et une bonne communication sont indispensables pour rester à flot dans une industrie qui se dirigera vers une situation de quasi monopole quand elle y sera autorisée.

Ou alors ils devraient faire du lobbying auprès du ministère de la justice Américain pour que les propriétaires de PokerStars et de Full Tilt soient envoyés en prison et que ces deux salles de poker tombent dans le chaos total.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up