weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



Une Epreuve Des Préliminaires Du Caesars WSOP Circuit

THE WEEKLY SHUFFLE, 2008-04-27, par Ozone

Lors d'un court voyage à Vegas la semaine dernière, j'ai participé à une épreuve préliminaire $1,000+$60 buy-in pour le Caesars WSOP Circuit. Je suis entré dans ce tournoi avec un optimisme que je pourrais imputer à une année de bons résultats en tournoi live. Même si mes résultats enligne sont d'un autre ordre de grandeur, j'ai tout de même atteint deux tables finales en seulement quatre tentatives en tournois live. L'une se termina à la 4eme place dans un tournoi $300 au Venetian qui avait attiré environ 600 joueurs. L'autre, vous l'avez peut-être déjà lu avant, une 5eme place dans le $3,000 buy-in Oklahoma State Championships of Poker. Une fois de plus, j'ai été assez chanceux pour mon tournoi de cette semaine au Caesars vaille un petit récit.

Top 3 Online Poker Bonuses


Il faut dire que le Bellagio WPT Championship Event se déroulait juste à côté du Caesars. Pour cette raison, il y avait beaucoup de joueurs dans le Caesars $1k prelim dont la principale raison d'être à Vegas était en fait le WPT Championship Series. Parmi les personnalités que j'ai pu reconnaître : Jimmy "gobboboy" Fricke, Shawn Rice, David Levi, et, bien que je ne sois pas tout à fait sûr que ce fut lui, Glen Chorny.

La présence de Chorny dans ce tournoi m'est apparue comme singulière. A peine empoché son gain de $3,000,000 dans l'EPT Grand Final, j'ai pu apercevoir son nom sur une liste de participants pour le $25,000 WPT Championship. Ayant donc dû se faire sortir rapidement, il était maintenant au Caesars pour jouer le $1k prelim. Etant donné le temps qu'il lui a fallu pour voyager de Monte Carlo jusqu'à Las Vegas afin d'être dans les temps pour jouer le WPT Championship, il n'a littéralement pris aucune pause après avoir remporté l'EPT Grand Final. Je pense que si, un jour, je gagnais $3,000,000 dans un tournoi, je passerais du temps à faire la fête et à analyser ma performance avant de me retrouver dans un tournoi $1k buy-in à l'autre bout du monde quelques jours plus tard, mais chacun mène sa vie comme il l'entend.

Ceux que j'ai mentionné plus haut, plus moi-même, furent dans les 240 joueurs s'affrontant pour le premier prix de $73,000. Il n'a pas fallu longtemps avant que je me rende soudain compte que nous n'étions plus que 60. Ayant un tapis dans les environ du tapis moyen, j'ai commencé à me demander « est ce que c'est encore en train de m'arriver ? » Une différence majeure entre les tournois en live et les tournois enligne est que, souvent, quand on arrive loin dans les tournois live, les joueurs y sont encore assez mauvais. Je suppose que l'une des principales raisons à cela est un manque cruel de compréhension du concept de cotes du pot chez les joueurs live. Ce ne fut qu'après avoir atteint l'argent que je me suis retrouvé allin, suivi, et couvert pour la première fois du tournoi. Accomplir la même chose dans un tournoi enligne avec un buyin raisonnable est presque impossible, ou en tout cas c'est ce que me fait dire mon expérience.

Ce manque de compréhension des cotes du pot, qui semble être l'un des traits de caractère du joueur moyen de tournoi live, est peut-être la raison majeure de mes succès cette année. Etre capable d'augmenter votre tapis dans un tournoi sans avoir à aller à l'abattage ou à survivre une confrontation à tapis est extrêmement précieux.

La première fois que je fus allin s'est trouvée être une super situation pour moi. Il ne restait plus que deux tables. Avec des blinds de 800/1600 et des antes à 300, je n'étais pas loin des soins palliatifs avec mon tapis de 8,000. Je devrais préciser que nous avons commencé avec un tapis de 4,000 jetons. Donc me voici, presque 95% du tableau vient d'être éliminé, et j'ai à peine deux fois le tapis de départ. Au niveau 100/200, j'avais un tapis de 22,000, mais j'ai perdu lentement mes jetons sur des coolers contre des petits tapis, et à cause d'une structure de blinds loin d'être spectaculaire. Quoi qu'il en soit, dans une situation clairement désespérée, j'ai regardé mon Valet-Dix dépareillé en position intermédiaire. Le coup standard aurait été de pousser tapis. Cependant, j'ai décidé de tenter quelque chose de différent. Et ça a marché à la perfection. J'ai relancé à 4,100. Un joueur a suivi. Un autre joueur, sentant de la faiblesse de la part du caller et souhaitant peut-être m'isoler avec pas mal de dead money dans le pot, a poussé à tapis. J'ai, bien sûr, suivi, et ça a fusé dans mon esprit quand le caller s'est couché et que mon opposant a montré sa paire de six. Quoi qu'il en soit, j'ai remporté ce coup de dés et j'ai presque triplé mon tapis.

A ce point, ça vaut le coup de mentionner l'histoire de Brian Fineman. Il a été à ma table pendant plusieurs heures. Il ne m'a pas fallu longtemps pour deviner que c'était un joueur solide, ce qui était quelque chose de rare (heureusement) dans ce tournoi. Brian m'a donné du mal en faisant beaucoup de relances avant que je puisse agir. Dans un sens, il m'a un peu « menotté », me forçant à avoir une grosse main pour pouvoir jouer un pot. N'ayant reçu aucune main de ce type, son agression fut un facteur majeur du pourquoi mon tapis avait un niveau si désespéré.

Je n'ai pas pu m'empêcher de ressentir un profond soulagement quand Brian a poussé allin avec As-2 contre la paire de roi d'un opposant. Ce soulagement s'est très vite transformé en accablement quand le flop est tombé avec deux As. Heureusement, quelques mains plus tard, le soulagement fut de nouveau de rigueur: Brian était à tapis avec Roi-Valet contre As-Roi. Et bien sûr, il a trouvé son Valet sur le turn pour amasser un très gros tapis, ce qui était une très mauvaise nouvelle pour moi.

Quelques orbites plus tard, je n'avais pas d'autres choix que de riposter contre sa relance avec mon As-Dix. Et bien sûr, il a immédiatement suivi avec une paire de dames pour me sortir à la 13eme place.

J'ai quitté le Caesars après quatorze heures de jeux et un petit sentiment de déception sur la tournure qu'ont prises les choses. Je ne fus pas surpris d'apprendre le lendemain que, bien sûr, Brian avait remporté le tournoi. Et même si cette idée me fait tilter, il n'en mérite pas moins des félicitations. Les suckouts mis à part, il a très bien joué et mérite sa victoire. Quant à moi, c'est encore une chasse qui finit sans gibier. Avec un peu de chance quelques opportunités à venir vont remédier à cela : dans les trois prochains mois, je jouerais dans le Party Poker Million, le WSOP Circuit New Orléans, et, bien sûr, Les World Series of Poker.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up