weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



La Vie Et Les Déboires De Benny Degenerito

THE WEEKLY SHUFFLE, 2007-11-18, par Ozone, TwoGun

Il a été estimé que seulement 10 à15% des joueurs de poker gagnent sur le long terme. Malheureusement pour Benny Degenerito, il n'en fait pas partie. Et, encore plus tragiquement pour Benny, il lui a fallu beaucoup de temps avant de s'en rendre compte. Parce que Benny, comme beaucoup d'autres joueurs de poker, est passé par une longue maturation en cinq étapes pour se rendre compte qu'il n'est pas un joueur gagnant au poker.

Top 3 Online Poker Bonuses


La carrière de poker de Mr. Degenerito a débuté en 2003. Après avoir vu Chris Moneymaker remporter $2,500,000 aux WSOP, Benny s'est dit, "hey! Je peux le faire!" Benny a rapidement déposé $50 sur Party Poker, a tout perdu, a redéposé $50, et l'a reperdu. Benny a répété ce schéma plus d'une douzaine de fois. Et ce jusqu'à ce que, un an plus tard, Benny remporte un tournoi mutli-table à $5 pour $1,400. Ses collègues de travail n'en revenaient pas. Cette victoire a incité Benny à prendre le poker plus sérieusement. Il a commencé à s'habiller comme un joueur de poker semi-pro, genre Fossilman. Benny a même acheté les lunettes de soleil Fossilman par superstition pour jouer enligne.

Après sa victoire en tournoi multi-table, Benny a grappillé deux mille dollars dans des parties à petites mises de no-limit Hold'em. Tout marchait comme sur des roulettes pour Benny, donc il a quitté son boulot et est parti s'installer à Las Vegas pour jouer au poker professionnellement.
C'est quand il fut à Vegas que la chance de Benny s'envola. Entre jouer à des paris sportifs avec remises en jeux des gains (six fois) et les steaks à $3.99 (qui furent plus tard augmentés à $5.99, au plus grand désarroi de Benny), Benny commençait à perdre au poker.

Etape 1: Le Déni

La première étape de Benny dans son voyage pour réaliser qu'il n'était pas bon au poker, fut le déni. Peu de temps après être devenu un pro, Benny a commencé à enregistrer ses sessions sur le Check Your Bets de PokerTips. Une chose intéressante est arrivée dans la base de données Check Your Bets de Benny: toutes ses sessions gagnantes étaient enregistrées, mais d'une manière ou d'une autre, Benny n'arrivait pas à enregistrer plusieurs de ses sessions perdantes. Il a rationnalisé tout ça en se disant que "il aurait du gagner" si tous les fishes ne lui avaient pas infligé des badbeats. Enfin quoi, pourquoi enregistrer une session perdante alors qu'elle aurait été une session gagnante si l'autre idiot n'avait pas touché son tirage couleur, pas vrai ?

Comme ces "idiots" semblaient continuer à être "chanceux" contre Benny, il est entré dans la seconde étape de sa prise de conscience.

Etape 2: La Colère

Habituellement gentleman bien sous tout rapport, la frustration de Benny avec ses souffrances de poker commencèrent à déborder. Quand il a débuté sa carrière professionnelle, Benny disait sarcastiquement "Bien joué" ou "nice hand" quand un fish lui sortait un badbeat. Ce qui a finalement dégénéré en une avalanche d'insultes fleuries. Benny s'est retrouvé à traiter ouvertement ses opposants de « crétins » et « d'idiots finis ». Sa fureur ne se déclenchait seulement que quand ces gens lui souriait et lui disait « merci pour l'argent », tout en ratissant des jetons qui lui appartenaient précédemment.

Benny a rapidement arrêté de jouer totalement au poker enligne, fermement convaincu que c'était truqué pour le faire perdre. Il était aussi très suspicieux sur les donneurs au Bellagio, au Mirage, au Treasure Island, et d'autres propriétés de MGM. Il semblait n'avoir aucun problème avec les propriétés de Harrah's, mais il avait des doutes sur les travailleurs de l'équipe du soir.

Etape 3: Le Marchandage

Sa bankroll dans une situation désespérée, Benny a passé un pacte avec les "dieux du poker" (qu'il cite régulièrement maintenant): s'il promettait de prendre le poker plus sérieusement en lisant des livres, ils aideraient sa chance à tourner.

Pendant les semaines qui suivirent, Benny a passé la plupart de son temps à observer les WSOP et à lire Super System. Il a même eu un autographe de Phil Ivey durant une pause ! « Ce Brunson est un génie, pensa Benny, je vais commencer à semi bluffer à tapis dès que j'aurais un tirage couleur. Personne ne s'en rendra compte. » Et ainsi commença la saga de Benny jouant-comme-dit-dans-le-livre au tables de poker. Il gardait plusieurs livres et magasines avec lui à la table, en cas où il aurait besoin d'une rapide référence. L'un des guides favoris de Benny était le guide des mains de départ de Howard Lederer. Benny a pris son "travail" tellement sérieusement qu'il s'est acheté un ipod pour zapper le chat. Vous vous demandez ce qu'il y avait sur son Ipod ? Des bruits d'océans, pour qu'il reste concentrer sur les cotes du pot.

Apparemment le pacte de Benny avec les dieux du poker ne marchait pas. Même s'il avait mémorisé le Play Poker Like The Pros de Phil Hellmuth, Benny continuait à perdre aux tables.

Etape 4: La Dépression

Toutes les vodka tonics et toutes les lap dances de Vegas ne pouvaient empêcher Benny de penser au poker. Il avait lu tous les livres. Il avait mémorisé tous les guides de mains de départ. Il portait les bonnes lunettes de soleil. Qu'est ce qu'il avait fait pour mériter de se retrouver ruiner ? Pourquoi lui ? Est ce que les dieux du poker ne savaient donc pas qu'il était un professionnel ?

Benny parlait constamment de ses badbeats aux tables. Ses opposants n'arrêtaient pas d'être chanceux contre lui, mais il n'était pas assez malchanceux pour gagner le jackpot badbeat. La seule chose qui le consolait, s'était de fréquenter des forums de poker et d'y écrire à propos de ses terribles badbeats. Benny était sûr que tous les autres joueurs de poker sérieux s'étaient pris de pitié pour lui avec les posts qu'il écrivait.

Après des mois à pleurnicher et à gaspiller ses économies dans des boites de strips, Benny en est arrivé à une conclusion indiscutable...Le poker n'était pas fait pour lui.

Etape 5: L'Acceptation

Après avoir redéménager, Benny a décidé de reprendre sa vie en main. Il a commencé à aller à l'église. Il en est arrivé à voir le poker, et le jeu d'argent en général, comme un péché. Si lui, un joueur professionnel de poker, ne peut pas gagner au poker, alors qui le peut ? Benny a partagé son histoire avec ses amis joueurs. Il en a même convaincu quelques uns d'arrêter de jouer au poker enligne après leur avoir assurer que c'était truqué. Quand l'Unlawful Internet Gambling Enforcement Act est passé aux USA, Benny a écrit à son Député pour l'honorer d'avoir pris une position morale contre le jeu d'argent.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up