weekly-shuffle

Past Articles:

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-05-04

Gérer les downswings sur le vif
2014-03-30

L'état du Heads-Up et considérer le poker comme un jeu vidéo
2014-03-16

Au-delà des tables : 4 manières dont le poker peut vous aider dans la vie
2014-03-08

Le « Green Friday » et l'arrivée des paiements de FTP
2014-03-01

Comment garder le poker amusant
2014-02-15

Une structure pour progresser en tant que joueur de poker
2014-02-08

Astuces pour monter les limites
2014-02-02

Prédictions pour le poker en 2014
2014-01-19

Résolutions pour la nouvelle année du poker
2014-01-05

The Weekly Shuffle Archives, 2005-2017


Autres langues:



La Vérité Sur Les Tournois Des Casinos En Dur

THE WEEKLY SHUFFLE, 2007-03-11, par Ozone

Les joueurs de poker se vantent d'être les seuls joueurs à pouvoir raisonnablement espérer de sortir gagnants d'un casino. Car le poker est le seul jeu d'argent offert dans les casinos où les joueurs affrontent d'autres joueurs, et non pas la maison.

Il y a une forme de poker qui ne devrait pourtant pas trop faire rêver les joueurs à l'anticipation du gain espéré. Cette forme c'est les tournois à petit buy-in dans les casinos en dur. Il y a trois raisons qui ne font de ces tournois que des parties de bingo glorifiées.

Top 3 Online Poker Bonuses


Premièrement, les frais de tournoi des casinos en dur sont souvent trop élevés. Pour gagner au poker, vous ne devez pas seulement battre les autres joueurs, vous devez en fait les battre suffisamment afin d'être aussi gagnant après avoir payé les frais de la salle de poker. Lorsque les frais de la salle de poker sont très élevés, il est extrêmement difficile de sortir gagnant, même si vous êtes le meilleur joueur à la table.

Un certain pourcentage du buy-in d'un tournoi est retiré de la prize pool en tant que frais d'organisation du tournoi. Généralement, les frais des tournois enligne prennent un peu moins de 10% de la prize pool. A l'opposé, les salles de poker en dur font payer des frais qui engloutissent bien plus de 20% de la prize pool. C'est à cause des dépenses accrues que doivent supporter les salles de poker en dur lors de l'organisation d'un tournoi.

Les joueurs enligne sont habitués à voir les frais exprimés par un nombre indépendant. Par exemple, la plupart des tournois enligne avec un buy-in de $100 ont de frais d'entrée de $9 et sont appelés les tournois $100+$9. En dehors des $9 de frais d'entrée, l'argent de tous les joueurs va dans la prize pool.

Les buy-ins des tournois live sont rarement exprimés avec deux nombres distincts. Prenons, par exemple, un tournoi hebdomadaire organisé au Mirage de Las vegas. Le buy-in du tournoi est de $130. Comme les casinos aiment brouiller les pistes sur le véritable montant du buy-in qui est retenu par la maison, il faudra peut-être mener son enquête pour découvrir qu'un impressionnant buy-in de $33 ne s'approchera même pas de la structure des gains. Si ce tournoi était clairement appelé un $97+$33, ce qu'il est vraiment, vous pouvez parier qu'aucun joueur de poker à la recherche de valeur ne s'y présenterait. Similaires au blackjack, les tournois de ce style n'ont aucune valeur à part le loisir brut.

L'une des astuces qu'utilisent les casinos pour extraire quelques dollars supplémentaires de la prize pool passerait inaperçue à ceux qui zapperait les phrases écrites en tout petit sur le prospectus du tournoi. Prenons un tournoi populaire du weekend au Bellagio à Las Vegas. Sur leur site web, Bellagio affiche un buy-in de $1,000+$60 ce qui est raisonnable vis-à-vis d'à peu près tous les standards. Nulle part sur leur site web ils ne mentionnent le pourcentage de la prize pool qui est "retenu pour le staff". Cette information se trouve seulement écrite en tout petit sur des feuillets d'informations sur le tournoi très peu distribués. Ces petites lettres informent les joueurs que 3% de la prize pool sont retenus pour le staff. Soudainement, le buy-in tout à fait raisonnable du Bellagio devient un bien moins attirant $970+$90.

La structure du tournoi est une autre variable à prendre en compte. Souvenez-vous, le poker en live est profitable si vous réussissez à battre les autres clients. Afin d'avoir un avantage sur les autres joueurs de poker, vous aurez besoin d'une marge de man?uvre pour permettre à vos compétences supérieures de faire la différence. Malheureusement, la structure de la majorité des tournois live à petit buy-in donnent un trop grand rôle à la chance.

Pour vous donner un exemple, Le Wynn, l'un des meilleurs casinos de Las Vegas, offre un tournoi sit-'n'-go $105+$25. Passons pour l'instant sur les frais d'entrée de 19% qui rendent de ce tournoi, au mieux, seulement faiblement profitable avant que la première carte ne soit distribuée. Les joueurs reçoivent 1,000 jetons. Les blinds commencent à un niveau déjà intimidant de 25/25. Avec seulement quinze minutes par niveau, il faudra seulement trente minutes avant d'arriver à des blinds de 50/100. Cette structure atroce est commune dans les tournois à petit buy-in. Avec des structures comme ça, avoir des compétences supérieures sur les autres joueurs ne sert quasiment à rien. Il n'y a que très peu de compétence à avoir lorsque la seule décision à prendre est allin ou fold preflop.

Finalement, une taxe supplémentaire est appliquée à quiconque remporte une somme substantielle d'argent dans un tournoi. Bien que techniquement optionnel, le pourboire au croupier après avoir remporté un prix est prévu. Garder en tête que beaucoup de tournoi prennent déjà 3% (environ) pour le "staff de tournoi" (les croupiers). Afin de d'avoir bonne conscience en sachant que les officiels du tournoi ne vous jugent pas comme un radin, vous allez vouloir laisser 2 à 4% de n'importe quel gain important en tant que pourboire pour les croupiers. Se montrer généreux avec les employés du casino lors d'un jour de chance est certainement recommandable, mais néanmoins, c'est encore une manière de faire baisser votre résultat final.

Extraire un profit en jouant des tournois dans des casinos en dur est ambitieux. Quelques tournois live ont des bonnes structures et des frais d'entrée raisonnables, ce qui les rend +EV pour les bons joueurs. Les tournois à gros buy-in étalés sur plusieurs journées, comme les WSOP, se classent généralement dans cette catégorie. Mais pas la majorité des tournois live à petit buy-in.

Pour approfondir le ridicule des tournois live, n'oublions pas que le but n'est pas seulement de retirer un profit, mais plutôt de gagner une somme importante d'argent. Disons que vous êtes capable de surmonter tous ces obstacles et d'obtenir un retour sur investissement de 10% dans les tournois des casinos en dur. En terme de gain horaire, vous n'arrivez toujours pas à la hauteur d'un ado qui bosse au McDo. Avec un RSI de 10%, vous vous faites $30 par tournoi à partir de $300 de buy-in. Réfléchissez-y, même si vous pouviez en jouer cinq du genre par semaine, vous ne gagneriez que $7,800 par an.

La leçon qu'il faut tirer de tout ça est que jouer des tournois de poker dans les casinos n'est pas tellement différent d'une partie de blackjack. Notez qu'il n'a jamais été dit que vous ne devriez pas jouer au blackjack. Après tout, le blackjack peut être amusant et une manière distrayante de passer une soirée, pourvu que vous ne jouiez pas au dessus de vos moyens. La plupart des tournois de poker des casinos en dur devraient être considérés de la même manière.

Le Weekly Shuffle est notre tribune du dimanche, avec nos observations et nos commentaires sur le monde du poker. Vous avez une idée d'article ? Laissez nous vos suggestion sur notre page feedback
 




PokerTips Newsletter Sign-Up