chessqueen
Niveau expert:
1. Quand passer
2. Miser à la rivière
3. Avantages au Hold'em
4. Sél. de partie, niv. avancé
5. Utilité attendue
6. Pro de poker

Autres langues:



l'utilité attendue
LA STRATéGIE

L'utilité de l'argent

Les Sites Les Plus Faciles Pour Gagner de l'Argent

Nous avons déjà parlé de L'espérance, c'est à dire la somme d'argent/de jetons que vous pensez gagner en faisant une action. Dans presque toutes les parties traditionnelles, l'espérance et la cote implicite vous donneront assez d'informations pour prendre la bonne décision. Mais, l'espérance assume quelque chose de très important : La supposition que chaque dollar a la même valeur qu’un autre.

Cette supposition n'est pas toujours correcte. Supposons que votre fond soit d'un million de dollars. Quelqu'un vous offre de miser votre million pour tirer à pile ou face. Feriez-vous ce pari ? Certains le feraient, mais la plupart ne le feraient pas. La raison : si vous avez déjà un million à la banque, gagner un deuxième million ne vous apportera pas tellement de plaisirs en plus. Après tout, même avec un million de plus, que feriez-vous ? Le plaisir d’une BMW et d’une deuxième maison ne peut se comparer à la perte que vous ressentiriez si vous perdiez tout d'un coup.

La raison : votre besoin d'argent change en fonction de combien d'argent vous avez. Chaque niveau de revenu ou de richesse vient avec un certain niveau d'utilité. Cette utilité ne va pas forcément augmenter de façon uniforme. Pour la plupart des gens, le deuxième million ne vaut pas le premier. Ça s'appelle l'Utilité Marginale Diminuante. Les gens qui tombent dans cette catégorie sont averses au risque.

Utilité Marginale Diminuante


(Revenu ou richesse)

D'autres gens feraient le pari, parce que pour eux le deuxième million vaut autant que le premier. Ces gens sons neutres au risque.

Utilité Marginale Constante


(Revenu ou richesse)


Top 3 Online Poker Bonuses

Bon, beaucoup de gens ne feraient pas le pari même avec des chances de 50% de gagner, mais s'ils avaient des chances de 55% de gagner au lieu de 50%, ils le feraient peut-être. Bien sur, la plupart des gens ne le feraient pas, mais quelques-uns le feraient.

Maintenant, si c'était l'inverse ? Que feriez vous si on vous proposait ce pari avec des chances de 45% de gagner ? Ça peut vous choquer, mais certaines personnes feraient le pari. Pour eux, l'utilité marginale du deuxième million vaut plus que l'utilité du premier million. Peut-être qu'il leur faut exactement 2 millions de dollars pour sauver leur compagnie, n'importe quelle somme plus faible serait inutile.

Cette condition (utilité marginale augmentant) explique aussi en partie pourquoi les gens achètent des billets de loterie. Dans certains états, vous avez 30 centimes d'espérance par dollar que vous misez. Cette cote est terrible ! Tout de même, certains qui savent ça jouent quand même, parce que l'espoir de devenir multimillionnaire (ou même d’y penser) vaut 70 centimes pour eux. Les gens qui tombent dans cette catégorie sont risque-aimant.

Utilité Marginale Augmentant


(Revenu ou richesse)

Ceux qui aiment le risque sont susceptibles de devenir des joueurs compulsifs – ils aiment bien faire des paris en déavec une mauvaise espérance.

L’utilité attendue et le poker

Vous pouvez vous demander qu'est-ce que ça à avoir avec le poker ? Et bien, il y a plusieurs choses. D'abord, les tendances de votre adversaire (averse au risque, neutre au risque, et aimant le risque) se verront. Beaucoup de joueurs, quand ils augmentent de limite, jouent peureusement. C'est parce que l'argent qu'ils misent en plus de ce qu'ils misaient avant les place à un endroit moins en pente sur leur courbe d'utilité. Ça explique pourquoi vous ne devez pas jouer à une limite qui est trop élevée pour vous. Si vous êtes averse au risque à cette limite, vous perdrez beaucoup de petits avantages. Le contraire peut aussi être vrai : il se peut que vous jouez bien à 10-20$ parce que vous aimez bien ce niveau de risque. Si vous jouiez à 5-10$ ou à 2-4$, vous seriez peut-être risque-aimant et joueriez trop lâche en conséquence.

A première vue, on pourrait penser que risque-aimant veut dire lâche, et que averse au risque veut dire serré. Ce n'est pas le cas : quelqu'un pourrait jouer serré parce que c'est la meilleure stratégie contre son adversaire. Un bon joueur au poker sans-limites jouera lâche et jouera serré, mais il est neutre au risque. Il ne refusera pas un pari avec un petit avantage, et il n'en créera pas non plus. Il bascule entre être serré et passif en fonction de son adversaire.

Il est important que vous jouiez neutre au risque, et aussi de bien lire vos adversaires. Si votre adversaire joue serré, ne pensez pas tout bêtement qu'il est averse au risque et commencez à bluffer comme un fou. Il est important de savoir rapidement s'il est vraiment averse au risque ou s'il joue serré pour profiter d'autres joueurs.

Risquer son fond comparé à Risquer son tapis

Alors, si vous devez être neutre au risque avec votre tapis, comment faire avec votre fond ? Nous recommandons que vous soyez averse au risque avec votre fond. La somme que vous gagnez ou perdez au cours d'une session où même de plusieurs sessions ne devrait pas trop influencer votre fond. Sinon, vos émotions deviendront trop importantes, et jouer peureusement est toujours une mauvaise idée. Mais comment est-ce que ça s’explique ? Comment pouvez vous être neutre au risque avec votre tapis et averse au risque avec votre fond en même temps ? La réponse : votre courbe d'utilité n'est pas pareille vue de tout les angles. Si vous ne voyez qu'une petite partie, la courbe averse au risque ressemblera plus à une line droite. Une analogie : la terre est ronde, mais ce qu'on peut voir à l'oeil nu est tellement petit comparé à la totalité de la planète qu'elle nous parait plate.

L'utilité des jetons en tournoi

La Théorie d'Utilité Attendue explique aussi pourquoi les tournois sont différents des parties traditionnelles. Vous avez peut-être remarqué que certaines personnes sont plus averses au risque en tournoi qu'en partie normale. C'est à cause de l'Utilité Attendue : si vous avez 1000 jetons au début d'un tournoi, c'est une mauvaise idée de miser à la hauteur de votre tapis si vous n'avez que 50% de chances de gagner. Obtenir encore 1000 jetons ne vaut pas grand chose, mais si vous perdez vos 1000 jetons, vous avez tout perdu.

Par contre, au milieu du tournoi, ce n'est pas une mauvaise idée de faire ce pari. Avoir un tapis important vous permettra de voler des blinds. De plus, s'il ne vous reste qu'un petit tapis plus tard dans le tournoi, vous serez content de tout miser avec des chances comme ça. C'est parce que l'utilité d'avoir les premiers 1000 jetons est diminuée à cause des blinds.

Votre courbe d'utilité/de jetons est dynamique au cours d'un tournoi, elle change avec le temps. Un joueur de tournoi gagnant connaît l'utilité des jetons qu'il mise, et sait comment sa courbe d'utilité change progressivement. Il ne s'arrête pas avec une espérance positive; s'il parle d'une espérance positive, ça veut dire une espérance positive en prix gagné. En d'autres mots, il demande une espérance positive pour toutes ses mises.

L'utilité des négociations

Vers la fin des tournois, les joueurs font des compromis entre eux. Souvent, le prix est énorme pour le vainqueur – il reçoit deux fois plus que le second. Par contre, les blinds sont devenus tellement élevés que la chance choisira le vainqueur. Au lieu de se battre pour le gros prix, les joueurs préfèrent souvent s'arranger et donner à tout le monde un pourcentage du total. Ces arrangements tiennent en compte les courbes d'utilité des joueurs. Si un joueur a quelques milliards de dollars à la banque et participe à un tournoi avec un caver de 200$, le résultat du tournoi ne va pas beaucoup l’influencer. Par contre, un joueur qui avait à peine 200$ pour participer au tournoi aura probablement envie de faire un compromis. Dans les négociations, tenez compte de vos courbes d'utilité et de celles de votre adversaire. Empêchez le de profiter de vous parce qu'il vous croit averse au risque. Par exemple, on pense qu'il n'y avait pas de compromis au WSOP 2003 parce que Sammy Farha croyait pouvoir intimider Chris Moneymaker à la table finale. Farha, un multimillionnaire, savait que l'argent intimidait Chris Moneymaker, un joueur ordinaire. En fin de compte, Moneymaker garda son calme, joua bien, et gagna le World Series.
 




PokerTips Newsletter Sign-Up