newspaper
Accueil
Commencez à jouer!
Règles du jeu
La stratégie du poker
Critiques de site
Vidéos de Poker
Calculateur de cotes
Simulateur de probabilités
Simulator [Ang.]
Glossaire [Ang.]
Variantes [Ang.]
Conditions d’usage


scales

La Situation du Poker En France

Loi, 2006-12-25, by Kaishaku

Le projet de loi de prévention sur la délinquance présenté par Nicolas Sarkozy, et adoptée le 5 décembre, doit encore passer devant le Sénat avant d'entrer complètement en vigueur. Mais déjà, le monde du poker français commence à changer.

Ce projet de loi fourre tout élaboré après les émeutes de 2005 vise "les nouveaux visages de la délinquance en France". Parmi beaucoup de sujets polémiques, comme entre autre la 'censure' des violences dans les jeux vidéos, quatre amendements sur les jeux d'argent enligne et particulièrement sur le poker.

L'amendement n° 254, s'inspire de L'UIGEA voté aux USA. Les banques devront bloquer les transactions financières des compagnies de jeux enligne prohibés par la loi française.

Notons au passage que Neteller n'a pas été spécifiquement visé. 95% des transactions avec les casinos enligne se faisant par carte de crédit, il est peu probable de voir tout de suite Neteller dans le collimateur des législateurs.

L'amendement n° 255 s'adresse aux fournisseurs d'accès à Internet. Ils devront signaler à leurs abonnés que le site de poker sur lequel ils se connectent est interdit par la loi, et devront informer lest internautes des risques et sanctions encourus pour des actes de jeux.

Les deux autres amendements présentés, renforçant les peines pénales encourus par les joueurs "illégaux", ont été repoussés, car la Cour de justice des communautés européennes est saisie du dossier.

Car en effet, le timing de ce projet de loi n'est pas le fruit du hasard. Plusieurs casinos français, et autres sociétés de jeux enligne européennes ont demandé à la commission européenne et à la cour de justice européenne de se prononcer sur le monopole de la Française Des Jeux. Et ce projet de loi est une belle réponse "à la Française", à ceux qui osent remettre en question ce monopole.

Mais déjà le deuxième acte de la lutte contre le poker se joue. Les Renseignements Généraux ont décidé de sévir.

Jeudi 7 décembre, ils ont carrément débarqué dans un club de bridge Toulousain qui organisait clandestinement une partie de poker. Aucune arrestation ne fut faite, mais c'est là un exemple du type d'intimidations que les RGs utilisent. Ils mettent les organisateurs de parties de poker privée sous pression. Même deux tournois de poker, à Nice et à Lyon, au profit du Téléthon ont été visés. «La nature caritative ne change rien à l'affaire», assène-t-on à la DCRG .

«La pression est de plus en plus forte, confirme un organisateur de parties de poker de la région stéphanoise qui a reçu la visite des RG à son domicile. Il y avait vingt joueurs chez moi. Les mises étaient de 10 euros, plus 2 euros pour payer du jus d'orange. Rien de méchant. Mais visiblement, ils veulent faire un gros ménage.» A en croire la DCRG, cette contre-attaque n'est qu'une première étape, avant une offensive sur le Web. Car c'est là que se niche le gros business du poker.

Et où mieux frapper, sinon qu'en visant le symbole. Patrick Bruel a été "entendu" par le RG. Son implication avec Winamax et WAM Poker lui a valu un petit interrogatoire. Aucune charge n'a été retenue contre lui et il est sorti libre. Car en fait, comme dans L'affaire Bwin, c'est la publicité qui est en cause. Et de la même manière qu'il a fallu retirer la pub pour Bwin des stades de foot, Bruel va devoir mettre moins d'entrain dans son travail de pub pour Winamax.

L'acte trois de cette histoire visera le poker enligne, reste plus à savoir à quel niveau. Va-t-on taper sur le joueur ? Sur les intermédiaires ? Sur les sociétés ? Ou sur les patrons ? Il va aussi falloir attendre le jugement de la cour européenne sur le sujet avant de s'emballer et de faire la valise pour Malte... ou l'Italie qui, au passage, vient de régulariser le jeu enligne, après une période de trouble étrangement similaire à la notre. Ils ont finalement régularisé après avoir...taxé, bien entendu. L'exemple de l'Italie sera sûrement une source d'inspiration pour la Commission Européenne.

Enfin, et plus anecdotique, les bons vieux clichés du poker qui reviennent. Entendu notamment sur RMC, dans l'émission "Les Grandes Gueules", madame Anna Salabi, avocate de profession, sur le poker : "C'est un jeu capitaliste et misogyne, les femmes on les admet pas au poker. Il y a toute une imagerie, on joue au poker, on se tape une pute, on boit de l'alcool. Enfin je sais pas. J'aime pas..."

Return to Poker News
 


Autres langues:




PokerTips Newsletter Sign-Up